AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Apocryphe de Skelos
Nous vous informons que tous contenus, fan-fiction ou production artistiques posté sur notre forum est la stricte propriété intellectuelle de son créateur/rédacteur.
Aussi toute reproduction, partage ou utilisation de ces contenus sans autorisation directe de son créateur est proscrite !
Dans le cas où l'autorisation vous a été donnée, pensez à créditer l'auteur et à sourcer, merci d'avance.

Sur ce, bon jeu !



 


Souvenirs pour mon frère.

 :: Rp :: Chroniques des Exilés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 19 Mai - 13:43
La naissance.

Je m'éveille meurtrie, les tempes frappant telles des tambours de guerre. Je ressens dans ma bouche le sang sec et le sable brûlant.

Une silhouette musculeuse arrache mes emprises. Je reprends mes esprits. Oui, nous avons été châtié pour avoir rendu à Yog ce chien d'esclavagiste. Cet inconnu disparaît dans l'ardeur du désert aussi vite qu'il n'était apparu.
Je n'aperçois pas d'autres crucifiés, et surtout mon jeune frère, Itoum. Je dois le retrouver, où peut-il être ?

Mon instinct de survie me dirige vers un plan d'eau, à l'abri du soleil, la chaleur y est plus acceptable.


[Je me remémore une partie de châsse avec Itoum et notre père dans nos majestueuses forêts de l'ouest, traquant le gorille au dos argenté. Je souris à ce souvenir apaisant.]

Ce lieu d'exil est hostile, la faune et la flore me sont pour la plupart inconnues. Malgré être vigilante, un jeune crocodile des rivières m'attaque dans un demi-sommeil. Un réflexe foudroyant me permet d'atténuer la puissance de la morsure avec ma paillasse de fortune. Je roule et m'enfuis dans la pénombre sans me retourner. Mon bras tremble et bouillonne lorsque je confectionne une torche de fortune.
L'adrénaline ne faisant plus effet, la douleur se fait violente, la fièvre monte... Je titube et avance tant bien que mal à la piètre lueur de ma torche. Le ciel étoilé est magnifique, la fatigue me fait perdre le regard dans les astres emplis de vide, à la fois terrifiant et rassurant...


C'est alors que j'aperçois une île semblant habitée. Mes tempes battent à nouveau en chœur avec violence, le goût du sang jailli à nouveau mais cette fois c'est bien lui, Yog-Sothoth réclame son dû.
Une voix apaisante se fait entendre. Je ne parviens pas à déceler la direction de ce murmure envoûtant, il semble émaner de cet île.
Je décide de m'approcher, mes paupières sont lourdes, mes jambes vacillent... En m'évanouissant, un bras sûr retient ma chute.
A la merci de cet inconnu, je ne peux que susurrer que je suis blessée. Elle me soutient plus fermement avant de m'emmener et me dit : "Viens je vais soigner ta plaie."

Le tapis est moelleux, le feu est chaud, le pansement est propre. Mon bras ne semble pas casser, mais la plaie est profonde, je vais avoir besoin de repos me signale cette femme mystèrieuse.
Elle m'interroge sur les raisons de ma présence. Je sens dans ses paroles qu'elle me teste. La bête sauvage et blessée que je suis reste vague et craintive mais cela ne l'empêche pas de lire en moi et me sourire.

J'entends un pas lourd et puissant laissant deviner une silhouette imposante dans la pénombre à l'approche du feu ardent.
Je reprends peu à peu mes esprits, ces bijoux, ces peintures, ce vacarme dans mes tempes j'aperçois un autel au Dévoreur qui happe ma concentration.

Ce géant me tend de la chair avec un large sourire. "Reprends tes forces, demain nous parlerons..."
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 12/05/2018
Age : 30
Localisation : Rouen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.twitch.tv/belzefr
Revenir en haut Aller en bas
Dim 20 Mai - 18:29
L'acceptation

Je m'éveille à l'aurore. Je me sens étonnement reposer. A l'extérieur, une légère brise fait chanter les carillons d'os, les oiseaux répondent en chœur.
La douleur au bras est toujours vive au réveil bien qu'atténuer j'imagine par les baumes de Yielka. Je m'habille, mon hôte Calenzhar semble déjà parti. En sortant j'entends et observe la vie prendre forme, leurs esclaves étant déjà affairés à leur occupation.
J'entends des bruits de tintements de verre et des incantations provenir du laboratoire d'alchimie. Je trouve des similitudes entre Yielka et les chamans de mes forêts, Calenzhar quant à lui me rapelle mon père, puissant chef de guerre.

Je vais à sa rencontre, elle me devine et me salue sans se retourner. Je tiens à la remercier une nouvelle fois pour son accueil et ses soins. Sans son aide, la fièvre m'aurait peut être déjà fait quitter ces terres d'exil.
Elle m’emmène faire le tour du campement, je rencontre leurs serviteurs. Ils semblent bien traités et acceptent leur condition, fidèles à leur maîtresse. Je rencontre également Titus, non sans frayeur, un varan de plusieurs mètres domestiqué par Calenzhar!

Je passe la journée auprès du lac tandis que Yielka s'affaire à ses occupations. Je pense à Itoum, espérant qu'il soit en bonne santé... Plusieurs fois, les larmes montent, je ne les retiens pas. Il est fort et sait survivre dans la nature, je garde espoir et me jure de le rechercher quoi qu'il en coûte.

A la tombée de la nuit, Yielka frappe à la porte de ma chambrée. Je suis surprise, elle porte un casque de hyène terrifiant, un arc puissant à la main. "On va chasser?" me dit-elle en me tendant deux dagues affutées.
Il est vrai que cette période de la journée est idéale pour débusquer des "proies". Nous avançons à bonne allure, je comprends qu'elle me teste à nouveau. Des pirates sont établis à proximité de l'île.



Malheureusement pour eux, ils n'ont pas le temps de réaliser ce qui leur arrive. Yielka décoche de puissantes flèches d'os avec une précision infernale! Elle vise la base du crâne, précis, une mort rapide. Une fois ces chiens mis à terre, elle sort un tranchoir en os effrayant et broie sans vergogne cette chair impure. Elle sera livrer au Grand Vide pour être purifier.

La nuit tombée, nous rebroussons chemin. Nous retrouvons Calenzhar priant et attisant la volonté de Yog-Sototh.



Après avoir purifier cette viande, nous nous installons autour du grand brasier. Yielka revient avec de quoi nettoyer ma plaie et changer le bandage.
Nous parlons longuement cette nuit là à la lueur du feu. D'un hochement de tête, ils se comprennent et Yielka, d'un ton solennel, m'invite à rester parmi eux afin d'avoir un toit et une famille. Je me sens étonnement proche d'eux et j'accepte sans une once d'hésitation.

Un sourire de satisfait embelli leur visage et Calenzhar me surprend à me soulever et m'embrasser dans ses bras, mes pieds ne touchent plus le sol!
D'un claquement de doigts, un serviteur délivre des sons des puissants tambours. Nous passons la fin de soirée à festoyer autour du feu au clair de Lune.



Yielka prononce des incantations mystérieuses auxquelles le feu répond par des crépitements et embrasements spontanés. Je m'assoie, l'encens me fait tourner la tête. A cet instant je ne pense plus à mon frère, mon esprit est libre.

Nous alimentons le feu avant de nous saluer et retrouver nos couches. La fatigue est présente mais je me sens sereine. Je laisse mes songes m'emporter en profitant du vide de mon esprit apaisé.
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 12/05/2018
Age : 30
Localisation : Rouen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.twitch.tv/belzefr
Revenir en haut Aller en bas
Lun 21 Mai - 14:03
La traque.

Un sentiment m'envahit ce matin. Une culpabilité d'être sans nouvelle d'Itoum. Je pars tôt tenter de trouver une quelconque piste et découvrir les horizons. Je laisse un message à mes nouveaux frère et sœur.
Je rencontre plusieurs campements, la masse sacrificielle que m'a confectionné Calenzhar broie avec violence leurs os délicats. Je retrouve peu à peu l'agilité et l'assurance. Je ne suis plus la proie mais bien le prédateur.

Que ce soit la jungle à l'est, le désert ou bien les monts enneigés au Nord, aucune piste concrète.

Je rebrousse chemin après cette semaine de recherches déçue et épuisée. Néanmoins, je suis heureuse lorsque l'île se dessine au loin.
A peine le temps de poser mes affaires que le puissant cor retentit. J'y retrouve Yielka & Calenzhar parlementant avec deux inconnus, un homme et une femme fièrement bâtis portant des armures de bonnes factures. Ma nouvelle famille me salue, semblant heureux de mon retour et me présentent; Frigg la femme qui me regarde étrangement et Firmos l'homme plus discret.

J'écoute et observe les échanges, bien que je ne comprends pas clairement leurs intérêts. Je reste méfiante par nature qui plus est avec cette semaine en pleine nature hostile.
*Frigg & Firmos se retirent, quelques heures passent jusqu'à la tombée de la nuit, particulièrement calme.*

Je retrouve Yielka près du grand feu, j'observe que son bras est plongé dans ce brasier. Comment ne ressent-elle pas la chaleur ? A plusieurs mètres, je ressens déjà la brûlure sur mes joues. Elle semble marmonner et arrête à mon arrivée.
Nous discutons, lui indiquant mon itinérance des derniers jours. Elle m'indique qu'une auberge tenue par des pictes pourrait peut être me renseigner. En effet, si mon frère y est passée, ils reconnaitraient l'un des leurs et surtout, beaucoup d'histoires de terres d'exil sont racontées autour de leurs tables et de leurs pichets.
Nous irons les rencontrer prochainement m'affirme-t-elle, cela me redonne à nouveau de l'espoir.
A peine le temps de profiter de cet instant d'allégresse qu'une ombre surgit d'une vitesse foudroyante. Cette menace frappe Yielka aux côtes avant de fuir en menaçant le clan au nom de Mitra!
J'inspecte les lanières de cuir de la tenue de Yielka, ils sont tout juste touchés, la lame a dû ripper. J'attrape mon gourdin vigoureusement et poursuit ce chien de Mitra. Il est rapide et vif, la végétation et l'obscurité me ralentissent. Il s'éloigne de plus en plus. Soudain, la terre tremble puis plus rien... Au clair de Lune, j'aperçois le reflet d'une lame immense fendre le silence environnant d'un sifflement d'acier. Calenzhar! Il fond sur cet impie tel un rapace! L'assaillant esquive la lourde frappe mais Calenzhar enchaine avec un coup de pommeau qui le fait vaciller, le choc est lourd. Malgré ce coup porté, il parvient à fuir en se laissant emporter par le courant de la rivière. Il nous est trop risqué de le poursuivre.
Nous nous empressons de retrouver Yielka, elle peste et jette dans la forge tout un tas d'armes & armures. Il nous faut t'équiper me lance-t-elle, inquiète. "La menace est confirmée."
J'enfile des armures, j'ai besoin de me sentir à l'aise et libre des mes mouvements. Celle-ci fera l'affaire.
Le lendemain, Calenzhar, quant à lui, m'initie à différentes armes. Je ne sais que choisir mais une massue retient mon attention. Il sourit avant de me tendre... "La Concasseuse" Elle est terrifiante et très équilibrée, nos ennemis ne pourront que craindre ce poing.
avatar
Messages : 5
Date d'inscription : 12/05/2018
Age : 30
Localisation : Rouen
Voir le profil de l'utilisateur https://www.twitch.tv/belzefr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocryphe de Skelos :: Rp :: Chroniques des Exilés-