AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Apocryphe de Skelos
Nous vous informons que tous contenus, fan-fiction ou production artistiques posté sur notre forum est la stricte propriété intellectuelle de son créateur/rédacteur.
Aussi toute reproduction, partage ou utilisation de ces contenus sans autorisation directe de son créateur est proscrite !
Dans le cas où l'autorisation vous a été donnée, pensez à créditer l'auteur et à sourcer, merci d'avance.

Sur ce, bon jeu !



 


Un invité surprise [Axe d'Intrigue]

 :: Archives :: Corbeille Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 7 Mar - 14:23
Axe d'intrigue, Scénario semi-dirigé
MJ : Adrwen


Personnages impliqués :
Fortuna/Akhen-Ré, Yielka, Morcant, Thorgaros, Gladius, Nesiris, Naïm, Khalys, Ygväsdr, Etelya

Situation initiale :
Depuis quelques temps, avant même d'être jetée sur les terres d'exil, Fortuna avait remarqué que partout où elle s'installait, un autel au Père des Serpents était érigé non-loin, en général dissimulé, rapidement après qu'elle soit arrivée. Malgré tous ses efforts, Fortuna n'avait pu réussir à prendre le coupable sur le fait, ni même à le voir. Ayant rencontré Yielka, la sorcière, et ayant un bon rapport avec elle, elle lui exprima ses angoisses au sujet de ces autels, et du prêtre de Set qui, le supposait-elle, la suivait.

Péripéties :

Les sifflements dans la nuit
Peu de temps après que Yielka ait accepté de se pencher sur la questions des autels érigés près de chez Fortuna, les sifflements de mille serpents furent portés par les vents nocturnes, au-travers des terres des exilés. Attentive à de tels signes, Yielka prit soin de dissimuler son visage et son corps, et se lança dans les ténèbres afin de surprendre celui qui poursuivait Fortuna depuis si longtemps. A son arrivée, le temple à Set construit au-dessus de chez Fortuna était baigné de lumière, et s'il y avait bien quelqu'un de présent sur les marches de l'autel, sa silhouette n'était pas inconnue à la sorcière.
En effet, Fortuna, vêtue des habits cérémoniels du clergé stygien et portant le masque des prêtres, se tenait en position de prière. Sa voix, bien que toujours féminine, était grimée pour ressembler à celle d'un homme, et dans son dos, le grand tatouage picte brillait, signe qu'une magie était à l'oeuvre.
Sur l'autel, des coeurs humains, ensanglantés, étaient offerts aux idoles noires et ophidiennes, et de sa voix rauque, Fortuna exultait :
"Ô, mon seigneur, Père de tous les Serpents ! Les vents du désert m'ont mené jusqu'ici, moi, Akhen-Ré, ton serviteur ! Mon voyage se termine ! Ici, la magie est lointaine, et je la ramènerai !"
Malgré toute sa discrétion, Yielka fut entraperçue par Fortuna/Akhen-Ré, qui s'approcha des rochers où elle s'était cachée.
"Qu'est-ce donc ? Qui donc les sables m'apportent-ils ? Approche, viens dans la lumière... Une ombre ?"
Repérée, Yielka s'enfuit, laissant le prêtre à ses rites.

Bien plus tard, elle revint auprès de Fortuna pour lui annoncer la nouvelle :
"Je t'ai suivie comme tu me l'as demandé, et personne d'autre que moi ne te suivait. En revanche, j'ai bien vu quelqu'un au temple."
Elle ferme les yeux et se concentre :
"Debout devant le temple prie un prêtre du Père de Tous les Serpents. Il ne s'agit de pas toi mais il s'agit bien de ta chair. Je ne vois pas ton visage, mais le sceau, brillant dans ta peau ne trompe pas. Ca parle mais pas avec ta voix. "
Elle articule avec exactitude les mots stygiens que le prêtre a prononcé à son dieu, à mesure que le visage de Fortuna blêmit.
Désolée de lui apporter de mauvaises nouvelles, Yielka dit que pour se débarrasser de l'intrus, il existe plusieurs méthodes, mais qu'avant de tenter quelque chose qui pourrait s'avérer très dangereux pour Fortuna, elle préfère attendre d'en savoir plus. Consciente que de telles expériences de sorcellerie ne sont pas à prendre à la légère, Fortuna acquiesce, et remercie la sorcière, qu'elle appelle amie avant qu'elle ne parte.

Une expérience intéressante

Ce jour-là, lorsque l'esclave de Nesiris arriva chez Fortuna pour lui donner l'invitation de sa maîtresse, il tomba sur Akhen-Ré. Voyant l'esclave arriver sans cadeaux, il décida que l'esclave lui-même représentait les présents de politesse de Nesiris, aussi le tua-t-il, et offrit-il son cœur en offrande à son dieu. Il était cependant très intéressé par l'invitation en elle-même, aussi piocha-t-il dans les réserves de Fortuna pour constituer ses propres présents, et se mit-il en chemin pour la demeure de Havre-dune.

Sur place, il rencontra Nesiris, Yielka et Morcant. La sorcière de Yog fut surprise par la présence du prêtre stygien qu'elle n'attendait pas.
S'étant présenté à Nesiris, Naïm, Morcant, et à Khalys, le maître des lieux quelque peu indisposé par l'obédience d'Akhen-Ré, il offrit ses présents, avant d'avouer son impatience quant à l'expérience dont Nesiris avait parlé dans son invitation.
Quand enfin ils se rendirent à la prison où était enfermée Etelya, la responsable des meurtres terribles, Akhen-Ré observa longuement la prisonnière, écoutant et commentant les observations de Yielka.
N'y tenant plus, et ne prêtant pas la moindre attention aux plaintes de Nesiris, il tenta d'utiliser sa magie pour faire apparaître ce qu'il y avait dans l'âme d'Etelya, et qu'il supposait être un démon. Dès le premier résultat, il lança une incantation de contention de l'esprit, sans effet apparent.
A ce moment, Yielka intervenait elle aussi grâce à la sorcellerie, utilisant les symboles sur la porte et les murs pour tenter de contenir Etelya et la chose en elle. N'ayant pas le temps de terminer son sort, Yielka invita la chose dans son esprit. Akhen-Ré étouffa alors un juron, et se mit à lancer un autre sort, plus proche de sa spécialité, pour renforcer et réparer le corps et l'esprit de la yoggite, dans le cas inévitable où la chose l'abîmerait. Interrompu par Nesiris, il ragea, et oublia toute politesse dans ce moment critique :
"Toi, la rebouteuse, écarte-toi, si tu ne veux pas te faire dévorer la tête par ta chère putain !"
Interrompu à nouveau par les questionnements de Gladius sur la nature de son sort, le prêtre se mit à paniquer.
"Le caducée ! La maîtresse des noms a besoin d'aide ! Laissez-moi faire ! Le caducée !"
Il se remit frénétiquement à incanter, traçant des symboles au sol, cette fois sans autre interruption.

C'est après que Khalys ait été mis hors-jeu par la chose en Etelya que les choses se corsèrent. Yielka semblait perdue en d'autre lieux et d'autres temps, et Morcant, qui la protégeait toujours, n'avait pas de moyen de l'aider. Akhen-Ré, misant sur la puissance de l'argent contre les démons, et sur une intuition à propos de Yielka, lui remit un morceau d'argent brut, lui disant de le donner à la sorcière. Là, les murs de la prison cédèrent sous les efforts inhumains de la chose, qui se jeta sur Akhen-Ré, lui arrachant son masque et lui léchant le visage. Rassemblant ses dernières forces, le prêtre mit tout son pouvoir dans une onde de choc brutale mais efficace, affaiblissant suffisamment la chose pour que Yielka puisse l'immobiliser à l'aide d'un sort de commande, avant qu'elle ne s'enfuie :
"Épouse de Yama !! Je t'appelle !"

Akhen-Ré disparut alors dans les profondeurs de l'esprit de Fortuna, laissant derrière-lui le corps meurtri de la femme que Morcant ramena à Fabhcun Gorm pour la soigner. Là-bas, ce fut bien Fortuna qui s'éveilla, et qui pesta de la douleur qu'elle ressentait, et des choses qu'Akhen-Ré avait fait avec son corps à Havre-dune, choses que les Frères d'Exil lui racontèrent.
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 25/09/2017
Age : 26
Localisation : Lot-et-Garonne
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocryphe de Skelos :: Archives :: Corbeille-