AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Apocryphe de Skelos
Nous vous informons que tous contenus, fan-fiction ou production artistiques posté sur notre forum est la stricte propriété intellectuelle de son créateur/rédacteur.
Aussi toute reproduction, partage ou utilisation de ces contenus sans autorisation directe de son créateur est proscrite !
Dans le cas où l'autorisation vous a été donnée, pensez à créditer l'auteur et à sourcer, merci d'avance.

Sur ce, bon jeu !



 


[LORE] Manuel de Théologie

 :: Rp :: L'age Hyborien (lore) Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 17 Sep - 20:29
De l'usage de la religion

n.b. : Dans les romans de Conan l'auteur ne précise pas si les dieux existent réellement ou non. Cette ambiguïté est probablement volontaire et les conversations entre Conan et Bêlit dans La reine de la côte noire donnent des informations prieuses.
Cependant, il apparaît clairement que les démons et d'autres entités maléfiques, puissantes et surnaturelles font aussi l'objet de cultes. De plus, les prêtres semblent être capables d'accomplir des miracles liés à leur dieu. On peut alors supposer qu'ils ont un pouvoir égal à celui des sorciers]


Des panthéons et des dieux :
La plupart des dieux font partie d'un panthéon hiérarchisé, vénéré de manière particulière selon la région du monde. Les dieux en eux-même semblent différer légèrement d'une région à l'autre, probablement en fonction de la perception qu'en ont les différentes populations ou culture. Par exemple l'Asura auquel on voue un culte dans les royaumes Hyboriens est différent si l'on parle du panthéon Vendhyen. Ceci-dit, une entité identique peut aussi être adorée dans des panthéons différents. Cela donne lieu, on l'imagine à bon nombres de discutions et de débats théologiques !
Ceci-dit, certains dieux semblent parfois assez puissants pour jouir sur leur territoire d'un quasi-monopole et font parfois office de religion d'état. Certaines fois des dieux mineurs dans un panthéon local sont vénérés sous la coupe d'un dieu majeur, parfois certains sont tout bonnement écartés considérés comme des démons ou des entités maléfiques !

Des cultes et des dieux :
On peut adorer tous les dieux d'un panthéon ou se vouer à un dieu unique appartenant ou non à un panthéon. Il est tout à fait répandu de choisir une divinité seule comme unique objet de culte. Si certains se vouent à l'adoration d'un ou plusieurs dieux, il est courant que les gens se gardent d'entrer dans un culte, tout comme Conan, tout en restant tolérant vis-à-vis de n'importe lequel d'entre eux ; tant qu'ils n’exercent pas d'influences négatives sur eux.
Cependant, peu sont les individus qui nient l'existence concrète du surnaturel car les preuves de diabolisme et de sorcellerie sont nombreuses ! Il semble naturel d'entretenir alors l'espoir que de « bons » dieux existent à part égale !

Les obligations des adorateurs :
Cela dépend du culte. Généralement il s'agit de quelques sacrifices mineurs à effectuer dans l'année, de dons d'argents ou de nourriture aux temples et parfois quelques retraites de méditation et d'étude. Bien entendu, lorsqu'on entre en religion on prête serment d’allégeance au culte comme dans n'importe quelle religion ou secte affiliée.
Il est peu probable, en plus de vénérer plusieurs dieux que l'on vénère plusieurs panthéons ! Les prêtres n'apprécient généralement pas que leurs croyants manquent de résolution dans leurs engagements. Cependant, certains cultes maléfiques encouragent leurs membres à s’infiltrer au cœur même des cultes réguliers et orthodoxes de la religion dominante d'un pays afin de jouer d'influence. Ils pratiquent alors leurs cultes impie en secret.
Bien entendu, il n'est pas rare qu'un temple réclame une dîme régulière à ses fidèles de la manière conforme exigée par la divinité !

Les avantages des adorateurs :
Un adorateur fidèle qui agit selon les préceptes de son culte est souvent récompensé.  Ces avantages varient d'un dieu à l'autre et/ou d'un culte à l'autre. Ce qui suit sont des exemples.
La rédemption : Un personnage qui a violé son code de l'honneur peut réclamer qu'un prêtre de la divinité qu'il vénère lui accorde le pardon en vertu de ses pouvoirs cléricaux. En rétribution, l'incriminé doit souvent une donation rondelette au temple et/ou accomplir un acte ou une quête pour son dieu et son clergé. Le prêtre qui permet cette rédemption doit néanmoins bénéficier d'un statut conséquent au sein de sa congrégation.
La foi : La foi est un moteur pour qui se sent poussé et porté par son dieu. Aussi dans les instants les plus sombres s'en remettre à sa divinité peut apporter plus de courage et de volonté que n'importe quoi d'autre ! La foi en revanche est un principe issu de civilisations plus évoluées qui considèrent la foi comme au-dessus du simple surnaturel.
La magie : Prêtres, chamans, des plus pieux aux plus corrompus ont en général les mêmes restrictions et les mêmes avantages. Ils peuvent accéder à la grâce de leur divinité au travers de pouvoirs surnaturels offerts comme récompenses.

Au-dessus des adorateurs, les prêtres :
Il existe toute sorte de prêtre, du plus pieux au derniers des défroqués. Ils usent de leurs statut religieux et de l'influence accumulée en politique. Cela leur accord un certains nombre d'avantage en nature allant des donations aux véritables pot de vin.
Chaque temple peut imposer ses restrictions. Si certaines religions sont souples au sujet des abus d'autorité de leurs prêtres d'autres peuvent être intransigeants. Pour certaines religions, l’extorsion peut-être un moyen comme un autre pour les prêtres de gagner leur croûte. On remarque cependant que les religions civilisées désapprouvent généralement ce genre de comportements !

Citation :
« - En quoi crois-tu Conan ?
Il haussa les épaules.
- J'ai connu bien des dieux. Celui qui nie leur existences est aussi aveugle que celui qui se fie entièrement. Je n'ai cure de ce qu'il se passe dans l'au-delà. Peut-être est-ce la nuit éternelle dont parlent septiques Némédiens, ou le royaume de glace et de nuages de Crom, ou les pleines enneigées et les salles de banquets du Vallhalla des Nordheimir. Je l'ignore. Puissé-je vivre pleinement tant que bat mon cœur : que mon palais connaisse encore le nectar savoureux de la viande rouge et du vin capiteux, l’éteinte de bras blancs et l'exultation sauvage de la bataille quand les lames étincellent d'éclair d'argent et d'écarlates, et cela me suffira. Que les professeurs et les prêtres et les philosophes débattent  de la réalité et de l'illusion. Voici ce que je suis : si la vie est une illusion alors j'en suis une autre, et par conséquent l’illusion est ma réalité. Je vis. La vie brûle comme une flamme en moi. J'aime, je tue : cela me suffit bien. »
Extrait de La Reine de la cote noir.
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 20:31
Des panthéons et des hiérarchies

Crom et le panthéon cimmérien
En théorie, qu'il en soit informé ou non, chaque cimmérien est un disciple de Crom. Les rites funéraires des cimmériens sont simples et concrets. Les morts sont abandonnés là où ils sont tombés ou l'on s'en débarrasse tout simplement : cela n'a aucune importance car leur ombre est déjà passée dans l'au-delà. Une veillée a pourtant lieu durant laquelle on porte un taost au défunt avant de verser le reste du breuvage sur le sol pour lui en rendre sa part ! Si cette mort appelle une vendetta, les récipients son fracassés au sol et chaque guerrier clame et jure sa vengeance personnelle au défunt. Une telle vendetta se réserve généralement pour les cas de meurtre. Il semble possible que certaines tribus cimmeriennes prélèvent littéralement ce tribut en têtes de manière ritualisée [suggestion : s'inspirer de certaines pratiques celtes?]
Les dieux des cimmériens sont plus généralement tous aussi sinistres et les cimmériens ne prononcent pas leur noms excepté dans des serments ou au milieu de jurons ; jamais dans un contexte religieux.

Crom, il est le dieu principal de la Cimmérie et n'accorde aucune faveur excepté la force et la volonté qu'il accorde à tous les cimmériens. Il considère que faire appel à lui est une preuve de faiblesse, il méprise les faibles et préférera voir son fidèle mourir plutôt que d'intervenir.
Morrigan, Principale déesse de la guerre. S'il existait des théologiens parmi les cimmériens on suppose que Badb, Macha et Nemain serait des aspects différent de Morrigan.
Badb, est la déesse de la guerre, représenté par une corneille. C'est elle qui leur donne leur fureur au combat.
Lir, est le dieu de la mer sous sa forme la plus primitive et la plus élémentaire. C'est le père de Mannanan Mac Lir.
Macha, Déesse de la fertilité mais aussi de la guerre...
Mannanan Mac Lir, encore un dieu de la guerre sous une forme plus humaine. Il est la représentation du héros et règne sur le climat.
Nemai, encore une déesse de la guerre mais elle règne sur les sources. On l'appelle la venimeuse.

Obligations des adorateurs : Pour vénérer Crom il faut être cimmérien !
Avantages des adorateurs: aucun.
Obligations des prêtres ordonnés : Cette religion n'a aucun prêtres.

Le Turan et l'Hyrkanie
Ce panthéon est centré autour de deux dieux : Tarim et Erlik. Il semble possible qu'il existe pléthore de dieux mineurs mais la classe dirigeante vénère ces deux là principalement.

Erlik, qui est le dieu principal des Turaniens et des Hyrcaniens fut le premier homme sur terre selon leur cosmogonie. Il fut créé par un dieu désormais mineur : Ulgen.
Tarim, semble être un dieu des troupeaux et de la fertilité animale. Certains l'appellent « le Vivant Erlik » comme s'il était un avatar de ce dernier. Les grande prêtre de ce culte sont sous le contrôle hypnotique du Maître du Yimsha.

Obligations des adorateurs : Payer la dîme.
Avantages des adorateurs: Les prêtres peuvent accorder la rédemption à leur fidèle et ceux-ci sont poussé par la force de leur foi.
Obligations des prêtres ordonnés : La caste que forme les prêtres doit être particulièrement érudite !
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaires du clergé, bien qu'il arrive que certains prêtres aient accès à l'apprentissage de la magie dans les domaines uniques de la divination et de la nature.
Châtiment pour les apostats : Le fautif est banni du temple et excommunié.

Khitan
Le panthéon de la mystérieuse Khitaï transpire le secret de la lointaine nation. On dit que les prêtres ont le crâne rasé et ont érigé des temple dans les jungles. On suppose qu'il existe de nombreuses communautés de moines.

Yun, C'est le dieu principal et on l'honneur par le jeu de musique de cloques et de carillons. [Suggestion] On peut imaginer un ensemble de rituels de méditation à visée transcendantale au sons de ces cloches.
Yogah, l'étrange créature a tête d'éléphant venue de la lointaine Yag, la lune verte.

Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme raisonnable en fonction de la richesse de chacun, versées aux prêtres qui servent le clergé ou un service à plein temps auprès du temple en tant que moine.
Avantages des adorateurs : Ce panthéon est un panthéon de magie et qui incite (je l'imagine) à la maîtrise de ses sens, de connaissances et de la philosophie.
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres se doivent de disposer de connaissances en magie orientale, ils peuvent aussi faire vœux d’abstinence, de pauvreté, de chasteté d'obéissance...
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaires du clergé, bien qu'il arrive que certains prêtres aient accès à l'apprentissage de la sorcellerie.
Châtiment pour les apostats : Les prêtres apostats sont bannis du Khitaï et condamnés à errer sur le monde.

Shemite
Les adorateurs du panthéon shemite croient en une résurrection. Ils pensent en particulier que les âmes des hommes mauvais sont emprisonnées dans des corps de singes après leur mort. (Toutefois, dans les romans Bêlit mentionne aussi une sorte d'enfer mais cela semble être une spéculation de sa part résultant peut-être de son contact avec d'autres civilisations par le monde.)
La religion shemite est en général fataliste. Les Shemites pensent que tout est écrit et sont rarement enclins -culturellement en tout cas- à s'opposer à leur destin, qu'ils estiment inévitable.
Le culte des divinités shemite se pratique grâce à l'adoration d'idoles fabriquées à partir de cuivre jaune creux. Elles revêtent souvent la forme de caricatures aux ventres et aux attributs sexuels disproportionnés. Les Shemites croient que leurs dieux habitent ces idoles et qu'elles sont donc leurs dieux, directement.
Certaines nations hyboriennes comme le Koth ou le Khauran se sont écartées du culte de Mitra pour se consacrer à celui représenté au Shem et en particulier Ishtar. On sait aussi qu'Anu au moins est adoré en Conrinthe.

Anu, le dieu taureau qui maintient le ciel est le chef du panthéon shemite. Il est probable qu'on lui sacrifie un bovin en signe de dévotion. C'est le dieu créateur. Bien qu'il soit techniquement maître du panthéon il est moins populaire qu'Ishtar ou Adonis.
Ishtar, la déesse à la poitrine d'ivoire du Koth, du Shem, du Kauran et de l'Orient. Il est possible qu'elle soit aussi la déesse d'ivoire du Punt. C'est la fille d'Anu, la déesse aillée du ciel, de la fertilité et de la guerre. Elle est la parèdre d'Adonis. On célèbre son culte dans des festivités langoureuses et orgiaques.
Adonis, dieu de la fertilité et de la végétation. Il est le dieu majeur des agriculteurs du Shem qui le célèbrent au printemps. Il représente aussi la fertilité d'un point de vue personnel, le principe mâle et phallique comme on peut le distinguer à son allure priapique sur les status des temples. Au printemps, les prêtres célèbrent son culte dans les prairies en se tailladant au couteau sur leur peau nue. Les shemites du désert s'attachent plus à l'amour entre le dieu et sa compagne et au principe de fertilité personnelle qu'au mythe du printemps.
Ashtoreth est la servante d'Ishtar à laquelle elle se substitue complètement dans certains mythes.
Bel est le dieu des voleurs désormais adoré partout ! Parfois on le représente sous la forme d'un aigle capable de voler le pouvoir des autres dieux.
Derketo est considérée ici comme une tentatrice en concurrence avec Ishtar pour le désir d'Adonis.
Pteor est le patron du peuple des Pelistim. C'est le dieu mineur des cités-état subordonné au reste du panthéon.

Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme et des sacrifices d'au moins un dromadaire, un cheval, un taureau, deux vaches ou six chèvres par an.
Avantages des adorateurs : Les fidèles du panthéon du Shem peuvent apprendre la magie mais ne pratiquent aucune sorcellerie maléfique. L'invocation est aussi bannie de leur pratiques.
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres étaient des nomades ou des soldats avant d'entrer en religion.
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaires du clergé comme tous fidèle ils ont accès à des rites magiques.
Châtiment pour les apostats : On les laisse partir, leur famille réglera le problème d'une manière ou d'une autre...

Ymir et le panthéon nordheimir
Ymir est le roi des géants du gel originel pour les Aesir comme pour les Vanir ! Il représente la terre qu'ils croient formée de glace et de neige.
Il n'a pas de rituel élaborés mais on le célèbre par des combats, des chants et des beuveries.
Il est un dieu crucial dans le mythe de la création des Nordheimir qui n'ont guère besoin de dieux excepté pour en faire des chansons et des légendes !

Atali, fille d'Ymir est une enchanteresse qui séduit les hommes et les emporte dans le blizard. Elle a plusieurs frères, d'immenses guerriers à la barbe de givre. [Suggestion d'interprétation : elle peut être considérée comme une déesse de la mort]

Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme, celle-ci est multipliée par 10 durant la saison des raids, généralement dans les dernière semaines de l'été ou au début de l'automne.
Avantages des adorateurs : Les fidèles bénéficient de la rédemption accordée par les prêtres et de la force de leur foi.
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres sont avant tout des barbares, des guerrier ou des pillards qui se sont retirés des batailles.
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaires du clergé mais ils peuvent lancer des malédictions, pratiquent la divination et la magie liée à la nature.
Châtiment pour les apostats : Un apostat est banni de sa tribu.

Citation :
" Nenni ! Cria le vieil homme dont les yeux étaient hagards et étranges. C'était Atali, file d'Ymir, le géant du gel ! Elle s'en vient vers les champs des morts et se montre aux mourants ! Moi-même, je l'ai vue lorsque j'étais enfants, alors que j'étais étendu presque mort sur le champ ensanglanté de Wolraven ! Je l'ai vue déambuler parmi les morts dans les neiges, son corps nu étincelant comme de l'ivoire et ses cheveux à l'éclat douloureux à la lueur de la lune. J'étais allongé à hurler comme un chien mourant parce que je ne pouvais pas ramper pour la suivre ! Elle séduit les hommes et les attire depuis les champs de la douleur jusqu'au friches où ses frères les géants du gel les abattent, avant de déposer leur cœur rouge et fumant à la table d'Ymir. Le cimmérien a vu Atali, la fille du géant du gel !"
extrait de La fille du géant du gel

Le panthéon zamorien
Ce panthéon dispose de tout un éventail de dieux mélangés de façon incompréhensible pour l'étranger. Zath en est le pilier central.

Zath, le dieu araignée a une place prééminente parmi tous. Son temple principal se trouve à Yezud et domine la cité. Des danseuses sacrées honorent le dieu  en portant de lourds pendentifs de jade noir et se livrant à des danses rituelles autour de l’immense idole de pierre en forme d'araignée.

Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme.
Avantages des adorateurs : Les fidèles du panthéons son récompensés par leur foi.
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres de Zath sont parmi les plus grands érudits et théologiens ! Tous les prêtre pratiquent l'hypnose afin de s'assurer un contrôle absolu sur leurs fidèles au besoin.
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaire du clergé mais ils pratiquent l'hypnose comme arcane majeure. Ils servent au temple la plupart du temps et débattent de religion. Ils se consacrent beaucoup aux études théologiques et philosophiques.
Châtiment pour les apostats : Rien de plus grave que l'opprobre !
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 20:35
Crom :

n.b. : Comme il a été dit plus haut [c.f. Crom et le panthéon cimmérien] chaque cimmérien est un disciple de Crom dès sa naissance. Les rites des cimmériens sont en simples et concrets. Cependant, les cimmériens ne prient pas Crom ni aucun de sa race ! Les dieux des cimmériens sont généralement sinistres et cruels et les cimmériens ne prononcent pas leur noms excepté dans des serments ou au milieu de jurons ; jamais dans un contexte religieux. Le panthéon dans lequel ils croient est bien sombre et Crom est un dieu terrible aussi lugubre et dangereux que les Cimmériens eux-mêmes.

Citation :
« Ses dieux étaient simples et compréhensible : Crom était leur chef, et il vivait sur une haute montagne d'où il faisait pleuvoir la mort et la damnation. Il était inutile de faire appel à Crom car c'était un dieu  lugubre et sauvage qui détestait les faibles. Mais il donnait à chaque homme du courage à la naissance, et la volonté et la force de tuer ses ennemis, ce qui, dans la mentalité des Cimmériens, était tout ce qu'on était en droit d'attendre d'un dieu. »
- Extrait de La tour de l'éléphant

Crom en tant que dieu principal de la Cimmérie n'accorde aucune faveur excepté la force et la volonté qu'il accorde à tous les cimmériens. Il considère que faire appel à lui est une preuve de faiblesse, il méprise les faibles et préférera voir son fidèle mourir plutôt que d'intervenir. C'est un dieu qui tient en estime l'individualité et l'autonomie ! Les dieux de son panthéon comme lui même attendent de leurs fidèles qu'ils prennent seuls en main leur existence et leur survie. Ils sont aussi indifférents et implacable que Crom.
Il va s'en dire que Crom n'est fier d'un cimmérien que si celui-ci ne l'a jamais appelé de sa vie. Les cimmériens sont donc supposés prendre ce qu'ils veulent de la vie et non le demander aux dieux qu'il s'agisse de souhaits de bénédiction, de santé, de richesse ou de n'importe quoi d'autre. La demeure de Crom se situerait sur Ben Morgh. On imagine que les cimmériens restent alors à bonne distance de cette montagne et évitent la mort et la damnation qu'il fait pleuvoir !

Les cimmériens imaginent qu'après leur mort, leur esprit traverse les Royaumes Gris plein de givre et de brume où il erre dans un désespoir sans fin. Cependant, ils ne craignent pas la mort et se font une fierté d'aller  tête haute à sa rencontre, l'acier en main et un cri de guerre aux lèvres !

Citation :
« Ils n'ont aucun espoir, ni ici, ni dans l'eau-delà, répondit Conan. Leurs dieux sont Crom est sa terrible race, qui règnent sur un lieu sans soleil dans une brume éternelle, qui est un monde de mort. »
-Etrait de Le phœnix sur l'épée »

Les rites funéraires sont rapides et mortel. Les morts sont abandonnés là où ils sont tombés ou l'on s'en débarrasse tout simplement : cela n'a aucune importance car leur ombre est déjà passée dans l'au-delà. Une veillée a pourtant lieu durant laquelle on porte un taost au défunt avant de verser le reste du breuvage sur le sol pour lui en rendre sa part ! Si cette mort appelle une vendetta, les récipients son fracassés au sol et chaque guerrier clame et jure sa vengeance personnelle au défunt. Une telle vendetta se réserve généralement pour les cas de meurtre. Il semble possible que certaines tribus cimmeriennes prélèvent littéralement ce tribut en têtes de manière ritualisée [suggestion : s'inspirer de certaines pratiques celtes?]

Pour résumer l'état d'esprit des servants de Crom, ceux-là ne font RIEN pour attirer l'attention de leurs dieux ni le satisfaire. Conan dit une fois qu'il ne voudrait pour rien au monde marcher dans leurs ombres. Il dit : » Quel utilité y a t-il a faire appel à lui ? Il ne se soucie pas qu'un homme meurt ou vive. Il vaut mieux rester silencieux plutôt que d'attirer son attention sur toi ; il t'enverrait la ruine plutôt que la fortune ! Il est sinistre et sans pitié... » Les actions de Crom en tant que réelle entité surnaturelle, apportent généralement la destruction des hommes et non leur secours. Cela explique facilement que les cimmériens croient en leurs dieux mais ne le prient tout simplement pas... Jamais.

Les cimmérien ne battissent pas de temple ! Le monde des esprits pour eux occupe deux places : l'âme et l'univers (l'invisible et le visible). Un temple est un concept civilisé qui ne trouve pas son usage dans leurs croyances ou leur pratiques ancestrales. Les cimmérien n'en comprennent pas vraiment l'utilité.

Obligations des adorateurs : Pour vénérer Crom il faut être cimmérien !
Avantages des adorateurs: aucun.
Obligations des prêtres ordonnés : Cette religion n'a aucun prêtres.

Suggestions d'interprétations :
Un dieu créateur indifférent est généralement le signe d'une religion animiste. On peu partir du principe que la religion cimmérienne primitive entre dans cette catégorie.
Les esprits marchent sur la terre et ils habitent les choses du monde terrestre. Alors qu'un homme n'a aucune chance d'entrer en communication avec Crom, il peut cependant influencer les esprits grâce à des rituels mineurs. Ces rituels sont quotidiens et font partie de la vie.
On peut imaginer des rituels de communication avec les esprits, divination par les runes, charmes de chance, d'offrandes de nourriture et boissons aux esprits pour assurer leur survivance, culte des ancêtres...
Ils y a bien entendu des rituel funéraires dont on a parlé plus haut, des rituels saisonniers pour l'agriculture ou la chasse, des rites de passages des futurs guerriers et des rites de préparation à la guerre comme dans tous les peuples tribales. Les rites de passage commun à beaucoup de culture sont les rituels de mariages, de naissance, les baptêmes où un homme acquière son nom et toutes sortes de rituels initiatiques ou mortuaires.
Pour les interpréter il faut chercher du côté de l'animisme est des cultes ancestraux de l'ancienne Europe du nord-ouest, la plupart ayant une utilité quotidienne concrète. On part du principe que pour les cimmériens, la majorité de ces rites incluent des chants aux tonalités funèbres.
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 20:41
Mitra partie I:

n.b. : Au sujet de Mitra, je tire mes sources également d'une autre édition de Conan Jdr qui ne tient pas compte seulement des écrits d'Howard mais aussi des autres auteurs.

Citation :
« Il ne faut y voir qu'un symbole pour représenter le dieu. Nul ne peut prétendre savoir à quoi ressemble Mitra. On le représente ici sous la forme d'un humain idéalisé aussi proche de la perfection qu'un esprit humain peut le concevoir. Il n'habite pas la pierre froide comme vos prêtres vous assurent qu'Ishtar le fait. Il est partout, au-dessus et autour de nous, et il rêve, même de jour, dans les cieux, parmi les étoiles. Mais c'est ici que son essence-même se concentre et que tu peux faire appel à lui. »
Extrait de Le colosse noir

Mitra « Le Juge des Ames » est vénéré dans presque tous les royaumes hyboriens, y compris l'Aquilonie, l'Ophir, la Corinthie, la Brythunie et la Némédie. Même les Zingaréens ont presque adopté cette religion. Si ce dieu a eu autant de succès et est devenu presque universel parmi ces peuples, c'est qu'ils sont très superstitieux des autres dieux et les craignent. Un dieu plus proche d'eux, à visage humain est de loin plus rassurant !
Il est vu comme le véritable dieu unique des terres hyboriennes. Il est le rédempteur des âmes mortelles, considéré également comme le dieu de la vérité, de la loyauté, de l'air, de la lumière, de la végétation, le soleil et de la prospérité.
Mmitra est un dieu guerrier dont l'attribut principal est l'épée et il apporte la victoire. Ses tout premiers et fervents adorateurs étaient des soldats de la nation hyborienne d'Aquilonie et sa religion s'est propagée par eux. Mitra est aussi connu pour être un opposant farouche à Asura, qui plante la graine du mal dans le cœur des hommes ! Il est l'ennemie juré de Set et de ses cultes démoniaques. Il combat le mal de sa bienveillante et éternelle omniscience. Jamais il ne se repose de son infaillible vigilance au dessus du monde.

C'est une religion rassurante qui exige de ses adeptes qu'il se tiennent debout devant lui plutôt que de se prosterner. Il ne demande aucun sacrifice humain ni animal. Les prêtres de Mitra ne tolèrent aucun autre culte excepté à Messantia et quelques autres cités franches ou certains autres cultes majeurs sont tolérés bien que Set soit toujours considéré avec une extrême suspicion et colère.
On dit que c'est un dieu d'équité qui pousse à la justice : les pays qui l'ont adopté comme une religion « d'état » respectent -même sommairement- les droits des individus, lesquels s'appliquent même au dernier des paysans. Cependant, les zingaréen par exemple, contournent la difficulté par des sophismes théologiques plus ou moins frauduleux pour conserver le droit de posséder des esclaves...
Les adorateurs de Mitra son encourager à combattre l’oppression sous toutes ses formes et à étendre la justice selon leur conception partout où ils se trouvent. Ils sont incités à être miséricordieux sur le champ de bataille et à pardonner à leurs ennemies quoiqu'ils aient fait. C'est cependant le travail rude et honnête qui a le plus de valeur aux yeux de Mitra qui réprime les pillages ou les raids des soudards !

Les sacrements et la mystique :
Les temples de Mitra (ou Mitraeum, ii) sont d'une simplicité qui frise l'austérité. Si les pierres et métaux précieux y sont utilisé c'est uniquement sous une forme simple et sans ornements. Il est donc normal de n'y trouvé qu'une simple représentation du dieu généralement placée sur un piédestal le montrant sous la forme d'un homme barbu et sage, de haute taille, séduisant et digne. La religion de Mitra est aussi connu pour abriter un certain nombre de saints. Elle compte 7 paradis et 9 enfers et ses cérémonies sont exécutées tous les 7 jours, durant une journée consacrée au soleil.

Il s'agit d'une religion initiatique dans laquelle les femmes ne peuvent pas accéder à des places élevée (excepté en Argos où elles ont accès au premier et au second Mystère). Comme toute les religion de ce type il y a une progression au-sein d'un cercle extérieur et d'un cercle intérieur. On évolue de l'un à l'autre dans une labyrinthique hiérarchie cléricale Seuls les prêtres du cercle intérieur on accès au parcours initiatique des 5 mystères de Mitra. Après des années de pratiques et de révélations progressive sur les vérité spirituelles et les vérités de l'âme humaine  les prêtres comprennent enfin les codes et symboles hermétiques qui leur ouvrent les portes du pouvoir mystique. Seuls les initiés ont accès aux véritables révélation contrairement au commun des mortels qui ne reçoit qu'un enseignement commun et codé de symboles.

[Pour les 7 Mystères c.f. Partie II]

Un dieu, des saints :
Epemitreus le Sage :
C'était un prêtre de Mitra connu pour être un puissant adversaire de Set qui vécu quinze siècles avant Conan. Désormais il dort sous la montagne de Golamira, en Aquilonie. Il apparaît dans les songe des rêveurs pour les aider à résister à l'emprise de Set et de ses disciples. Cela arrive rarement, à moins qu'une lourde menace ne pèse sur l'Aquilonie. Lorsque c'est le cas, il inscrit son symbole, le pheonix, sur une arme mortelle pour la rendre extraordinairement efficace contre les démons de Set.
Citation :
Le Phénix sur l'épée
« A l'aube du monde où les hommes étaient jeunes,
Et les démons hantaient la nuit,
J'affronterai Set par le feu et l'acier,
Et par l'arbre upas et son fruit.
Aujourd'hui je dors au cœur noir des collines
Et le temps a pris son dû,
Oubliera-t-on le sauveur des hommes
Par qui le serpent fut vaincu ? »


Philosophie et culture de la religion de Mitra :

Pour devenir dominant cette religion a du se plier aux besoin de la société. Son combat principal est de maintenir et justifier la civilisatrice et la culture. Mitra est un seigneur féodal qui règne sur le royaume céleste et qui est lié à ses saints. En maintenant un monopole religion solide sur la culture hyborienne la religion de Mitra s'assure un impact plus grand encore sur les décisions des rois ! Ce monopole est maintenu par l'intolérance envers les autres religion afin de conserver un pouvoir dominant en politique. Il  est donc important de justifier cela dans l'idéologie que Mitra est la seule « Vrai religion », l'intolérance restant utile pour garder le pouvoir séculier.

Cette religion demande à ses serviteurs de suivre un code stricte et identique peut importe la culture dont ils sont issu. Cela sert les desseins de la civilisation. Les adeptes de Mitra suivent donc un code d'honneur intransigeant.
La tradition de la religion de Mitra offre donc beaucoup de textes et de récits mythiques afin de transmettre les codes et commandements qu'elle exige de ses fidèles afin qu'ils puissent être récompensés de leur vertueuse existence dans l'au-delà ! Cependant, elle explique dans ces exigences et ses rituels que ses serviteurs doivent défendre leur liberté et leur bonheur et ceux de leurs semblables. Elle condamne évidemment et ouvertement l’égoïsme et l'individualisme, y incluse un tabou extrême au sujet de la sexualité et de toutes les sortes de comportements que l'on pourrait qualifiés et décadents ou barbares.
Elle renie absolument toute forme de sorcellerie considéré comme maléfique et abhorre le commerce avec les démons. Les prêtres de Mitra considèrent les malédictions, l'hypnose, la magie de la nature, la nécromancie, la magie orientale et l'invocation comme de la magie noire et n'en tolère aucune école ! Néanmoins,quelques rares prêtres, dévots et érudits triés sur le volet parmi les meilleurs qui ont traversé les 5 Mystères de Mitra obtiennent le droit d'apprendre de ces disciplines.

Le Mitraisme se définie comme étant la religion de la Vérité ! Elle doit se placer comme supérieure à toute autre croyance et elle aspire à devenir la seule « vrai » religion au détriment de toute les autres.Ses adepte ont le devoir de s'opposer aux sorciers certes, mais aussi à tout autre culte que le leur affirment que les autres dieux et les autres fois sont impuissantes et mensongères. Selon la philosophie du culte de Mitra, les peuples hyboriens civilisés devraient se comporter d'une manière bien défini et les rites incite à ce sens là !
Comme toutes les religion elle entend également surpasser la peur de la mort et y apporter un éclairage. En outre Mitra promet que même si les choses de cette vie n'ont pas été juste avec vous, elle le seront dans la prochaine. Comme le culte de Mitra veut être vu comme la religion de la Vérité et la Vrai religion, il n'enseigne rien du domaine de la connaissance vérifiable et s'arroge en revanche l'enseignement des révélation  mythique basées uniquement sur la foi et donc invérifiables. Le but est de ne jamais risqué d'être accusé d'enseigner des Vérités « fausses » et que cela puisse être prouvé.

Suggestions d'interprétation :
C'est une religion du puritanisme. Il faut se rapprocher de l'idée des sectes juives du début du christianisme, avant l'empereur Constantin ou considérer le culte de Mitra comme une secte « proto-monothéiste ». Il tend donc vers l'idée d'un dieu plus conceptuel, omniprésent et/ou omnipotent et unique, plutôt qu'une divinité rattachée à un domaine.
Si on se basse sur l'aspect secret et initiatique de la progression des prêtres au-sein du culte on peut aussi s'inspirer des principe de progression initiatiques de l'ancienne Égypte dans l'initiation aux mystères d'Isis. Cette suggestions part d'un postulat né de l'hermétisme moderne et des ponts qui ont été fais entre les religions à mystères antiques et les sociétés secrètes ésotériques de la période victorienne.
S'il a pour attribution de faire régner la justice et de combattre l’oppression, il va s'en dire qu'un fervent adorateur de Mitra refuse catégoriquement d'asservir un autre homme pour le servir et ne pratique donc pas l'esclavage... Cependant, c'est clairement une religion patriarcal dans laquelle l'égalité des sexe ne semble pas avoir sa place, au sein du clergé en tout cas.
On suppose que le sens de la miséricorde proverbiale au combat des disciples de Mitra soit à l'origine des ordres de chevalerie chez les Hyboriens.
On peut également imaginer que le culte pratique l'ascétisme ou le végétarisme.

La piste Lovecraft : On peut tout à fait imaginer un corollaire entre Mitra et Nodens. En outre, la description du Dieu Très Ancien est sensiblement la même et on retrouve ses méthode. Nodens réside dans la Contrée des Rèves et interviens en songes pour venir en aide aux hommes. Il est connu dans l'univers de Lovecraft pour être favorable à la justice et aux humains. Il est parmi les dieux les moins hostiles et se montre protecteur.
Il existe aussi une créature d'outre plan nommé  Mh'ithrha  qui est démon invisible semblable à un loup. On le rapproche de Fenrir de la mythologie nordique car il sensé dévorer le monde dans une apocalypse. Mh'ithrha est l'archi-seigneur de  Tindalos) est le maître de chiens de Tindalos. Il est le  plus puissant parmi eux. Bien que ce ne soit pas un dieu extérieur en tant que tel, sa forme et ses pouvoirs impressionnants défient la conception de l'humanité. La bataille éternelle de Mh'ithra avec Yog-Sothoth est dite légendaire.

Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme. Les adorateurs se doivent de mener une vie honnête et travailleuse dans la vertu. Ils doivent s'opposer en toutes circonstances à la pratique du sacrifice humain ou du commerce avec les démons de toutes sortes.
Avantages des adorateurs : Les fidèles du panthéons son récompensés par leur foi et la rédemption apporter par leur prêtres .
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres de Mitra doivent guider leurs fidèles dans la prières. Ils ne tolèrent aucun autre culte qu'aucune autre religion ! Ils doivent mener une existence plus vertueuse encore que leur fidèles. Ils sont sensés arbitrer équitablement toute forme de conflit et ne doit jamais céder à la superstition.
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaire du clergé. Ils ont accès à de la magie mais aucune forme de sorcellerie. Ils pratiquent la divination, la guérison, contre-magie, protection etc. ...
Châtiment pour les apostats : Ils sont excommuniés mais peuvent être traqué par les fidèles de Mitra en représailles.
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 20:55
Mitra partie II:

Les 7 Mystères de Mitra :
Le 1er Mystère :
Ceux qui apprennent le 1er mystère son appelé les Corneilles et portent des masque sous al forme de cet oiseau durant certains rituels.  Ils sont considérés comme des éléments actifs du culte et ont le droit de recevoir les bénéfice de cette religion (la foi et la confession). Ils reçoivent alors le rituel sensé apaiser le gardien du premier niveau du paradis ce qui assure la place de l'adepte dans l'après-vie. Il apprend aussi à distancer la souffrance et les émotions.
Le 2nd Mystère :
Les Epoux/Epouses de Mitra sont symboliquement mariés à Mitra durant ce rituel, ils font le serment d'appartenir pour l'éternité à Mitra. Les épouses sont vêtues de robes bleues à capuche et dissimulent souvent une arme en dessous. Elles sont entraînée à devenir des assassins du culte et utilisées pour s'infiltrer parmi les cultes du serpents. Les Epoux servent en général de mains armées et de gardiens pour les cultes. Ils reçoivent 30 coups de fouet en sacrifice à Mitra et afin d'éprouver leur contrôle d'eux même, de la douleur et de leur émotions. On leur apprend comment Mitra s'est changé en homme pour venir au secours des hyborriens. Et après une longue introspection on leur apprend le rituel qui apaise le gardien du second paradis. Ils reçoivent la permission de se laver dans les temple afin de se soulager de leur péchés et de leur culpabilité.
Le 3eme Mystère :
Les Soldats de Mitra suivent une longue introspection spirituelle durant laquelle ils apprennent le rituel d'apaisement du gardien du 3ème niveau du paradis s'assurant une place encore meilleure. Ils traversent une séries d'épreuves douloureuses et se voient offrir  une couronne de pointe d'épée. L'adepte met la couronne sur tête et jure : « Mitra est ma couronne. » après cela, le Soldat de Mitra ne portera plus jamais de couronne de sa vie, ni durant un banquet ni durant une parade militaire... Jamais ! Il devra refuser toute couronne par les mot « Elle appartient à Mitra, il est mon dieu. » Du miel est appliqué dans ses paume et sur sa langue pour la régénération et la croissance de l'esprit. On leur dit que l'homme ne vit pas confortablement dans le royaume physique et qu'il appartient au monde spirituel ? On leur dit que chaque homme est une part de l'Âme Universelle dont chaque âme individuelle descend avant de s'incarner dans un corps. Ils sont présentés au Miroir de la Sainteté et d'autres reliques du temple.
Le 4eme Mystère :
Ce sont les Lions et ils sont parmi les plus érudits du culte ! Ces adepte de hauts rangs doivent faire une donation substantielles d'argent sonnant et trébuchant ! C'est le dernier secret qu'un adepte non prêtre peut apprendre. Le quatrième niveau du paradis devient accessible. En plus de se détacher des émotions, les Lion se détachent aussi de la société qui, selon ces véritables enseignement est une construction mensongère d'Asura ou d'autres démons comme Set ! Les Lions de Mitra sont des guerriers émérites qui ont la réputation d'être courageux mais tempérés.
Le 5eme Mystère 
On les appelle les Bori ou Adepte du Troisième cercle et se sont tous des prêtres. Ils meurent symboliquement et renaissent par l'eau. Ils reposent dans une tombe trois jours de suite. On les arrose d'eau sacrée. Après cette mort et cette résurrection ils partent en pèlerinage sur le mont Golamira, le mont éternel, en Aquilonie. Là-bas, ils apprennent la terrible vérité sur les Grands Anciens au prix de leur santé mentale. Et ils apprennent à guérir et soigner par la magie. Le rituel du miel est renouvelé et le cinquième niveau du paradis désormais accessible ! Les Bori revêtent alors lors des cérémonie un chapeau rituel.
Le 6ème Mystère :
Les Messagers du Soleil sont les prêtre du second cercle, plus proche du cœur du culte. Ils apprennent que l'univers fut créé par Mitra et que le monde Physique est né des Principe du Mal ! Ils se voient enseigner les principe d’embaumement des Archéronniens perpétuées par les stygiens dans leur quête de pouvoir maléfiques. Les fils de Set se soustraient ainsi au cycle de la vie et de la mort promis par Mitra et croient avoir le pouvoir de pratiquer l’alchimie qui -en vérité je vous le dis...- n'appartient qu'à Mitra et à ses suivants. C'est seulement alors que le Messager du Soleil commence à comprendre que Mitra est une allégorie et non une réelle entité personnifiée. Ils doivent absolument conserver leur savoir secret sur le sujet et garder le tabou.
Le 7ème Mystère :
Connus sous le nom de Pères, ils sont les prêtres du premier cercles et son rares tant leur savoirs sont étendus. Ils apprennent enfin le septième et dernier rituel qui apaise Mitra, gardien du dernier cercle du paradis et leur ouvre l'accès à la félicité dans l'après-vie ! Il savent désormais que le royaume physique attaché au Mal est une mensonge et une illusion perpétrée sur les hommes pour les faire croire au matérialisme et pour que les choses puissent être vues et mesurées. Ils comprennent maintenant que chaque homme est un « dieu fait de chair », un esprit prisonnier d'un corps physique et les adeptes qui traversent le 7ème Mystère apprennent comment transcender ce mensonge et voir au travers des illusions d'Asura et de Set. Bien entendu à ce niveau le mystique se voit révéler que Mitra, Asura, Set et tous les dieux ne sont que des allégorie pour aider à la compréhension de l'âme et de ses secrets.

Les symbole de la religion de Mitra :
Comme on l'a dit plus haut, c'est une religion d’initiation et de révélations elle dispose donc d'une symbolique riche et de codes hermétiques liés à sa compréhension. Un des principaux point commun des Mitrae au travers du monde de Conan est leur description du zodiaque. La figure dominante représente Mitra en train de transpercer un scarabée. Les jumeaux (parfois décrit comme une paire de colombes au lieu de deux garçons), regardent le monde accompagnée du petit chien et du lapin. Un taureau (sa tête) est parfois dépeint à l’extrême gauche de leur couple, lové dans les ailes. Un chasseur à l'arc et avec un baton flotte souvent entre les jumeau et le taureau.

Le Scarabée : Il représente le règne des stygiens et de Set brisé par Epemitreus le saint. Il est l'annonce du mal qui pèse : Les stygiens et le grand serpent Set.
Le serpent : A la fois symbole de malheur et de savoir, pour les Mitrae, le serpent représente aussi toute choses issue des connaissances impies et de la magie noire. Il est bien sûr associé à Set et à Asura. C'est le serpent qui a donné aux hommes les savoirs noirs et la civilisation par nature corruptrice de l'âme. C'est avant tout une représentation du Mal.
Le miel : c'est le symbole du savoir ancien et une manifestation divine de l’harmonie de la nature et de la guérison. Il est al représentation symbolique de la sagesse intérieure.
Les jumeaux : On les retrouve sur les emblèmes Mitrans guidant les hommes hors du monde physiques avec une torche vers les royaumes spirituels de Mitra et le paradis. Ils sont parfois représenté comme deux frère guerrier Le Soldat de Mitra savent qu'ils sont aussi une représentation d'un savoir supérieur.
Le taureau : Il est la colère de Mitra contre la faiblesse du monde. Les endoctrinés du 5ème Mystères savent pourquoi le secret doit être gardé de ceux qui ne sont pas prêts. Il leur est révélé que le taureau représente une période d'errance et la chute du monde apporté par ceux qui essaieront d'enseigner les Mystère de Mitra d'une manière dévoyée car ils ne seront pas initiés. La prophétie du taureau annonce une apocalypse car il chargera et détruira tout sur son passage. Il est la transformation de l'humanité dans cette apocalypse de feu et de sang !
Les armes du chasseur : Elles représentent les Archerioniens ou les Roi-Géants qui ont abandonné leur armes aux hyboriens. Ceux qui s'élèvent jusqu'au rang de Bori apprennent qu'elles sont aussi le symbole dus avoir ésotériques et des pouvoir de l'Acheron. Le chiffre 17 est associé au Chasseur qui prit autrefois ses armes pour unifier les hommes sous les mensonges d'Asura et de Set. Ces armes représentent aussi les Picts sensé apporté la fureur du taureau de Mitra. Il est dit que ces derniers furent élevés par Mitra pour avoir peur d’instinct des serpents car Mitra espérait qu'ils deviendraient l'expression de sa colère et que si le monde devait le décevoir il briserai par eux les tabou pour le plonger dans la révélation.
Le chien : C'est l’emblème du lycanthrope, symbole de ceux qui ne sont pas ce qu'ils prétendent en jurant par Mitra mais qui sont impies. Ceux qui prétendent être des amis et qui sont des ennemies, ce qui prétendent avoir accepté Mitra mais qui vivent dans le mensonge et le matérialisme !
Le lapin : Il représente la Lune et dispose des secrets de la vie. Il est réputé pour être mystérieux et inconnu. Il est aussi celui qui pullule avec sa productivité sexuelle excessive : Il est le symbole de la nécessité de l'esprit à se rebeller contre le serpent, symbole de la vie matérielle qui s'oppose au spirituel promis par Mitra. Le lapin est aussi les tabou de la foi des Mitrans. Il est tout ce qui est impur et interdit même s'il apparaît mignon et doux. Il est la fausse intuition et la folie qui vient avec les savoir qui n'auraient jamais du être connus...

Les tabous religieux :
Chaque homme a des aversion diverses qui l’entraînent vers le dégoût et la haine et la religion de Mitra amène ses aversions à un niveau tout autre en enseignant que ces activités sont interdites et décadente !
L’honneur : Les servants de Mitra sont supposés appliquer un code de l'honneur stricte et surtout, civilisé !
Le sang : Les sacrifices à Mitra excluent le sang qui est l'expression même de l'existence physique, mensonge d'Asura ! Il a peu de sens pour Mitra. Aussi, il contient de la magie et est donc associé au mal, à la douleur et à la mort ; des aspect dont le Vrai foi en Mitra tend à se détacher.
Les femmes : Elles ne sont pas autorisées à se voir révéler les secrets de Mitra. Elles sont impures et sont la cause des passions. Quoi qu'il arrivent elle sont la maladie qui lie l'Homme à sa fonction reproductrice et sont inférieures car inévitablement liée aux bas instincts.
Les cadavres : Un homme pieu n'aura jamais aucun propos ou geste déplacé vis à vis d'un cadavre autrement il causerait la colère du mort attirant sur lui la maladie.
Le cuir : Jamais un fervent serviteur de Mitra ne porterai du cuir car il se refuse à être vêtu de la peau d'un animal. Cela le changerai en lycanthrope ou causerait la colère du cadavre de l'animal qui a été dépossédé de sa peau. Ce tabou n'est pas pris en compte dans la culture du Zingara, celles de Brythunie et quelques autres pays.
Les animaux : A cause de cette relation au corps et à la chair morte les Mitran ne sont pas autorisés à manger de la viande d'un animal mort de cause naturelle.
Le sexe : La chasteté est pratiquée durant trois jours avant chaque rituels importants. Toute personne ayant eu une interaction sexuelle la nuit précédent le rituel est interdite d’approcher de l'autel ou même du temple ! Également, les apiculteurs sont tenus d'être purs lorsqu'ils récoltent le miel de leurs ruches !
Les esclaves : Aucun esclaves n'est autorisé à entrer dans l'enceinte d'un lieu de prière à moins d'avoir reçu une gifle par l'un des pieux représentant du culte, qui se faisant, lui transferts sa foi et sa liberté.
Le lin : Utilisé dans les rites d'embaumement est interdit dans les rites de Mitra.
[u]Le mensonge : [/i] il est interdit de mentir ! Le mensonge est une construction d'Asura et du Serpent et ne doit jamais être pratiqué par les fidèles ! C'est un des dilemmes et paradoxes fondamentaux de la foi en Mitra. La vie est déjà une illusion n'en crée pas d'autre en t'enfermant dans la toile du mensonge !

Jouer le clergé de Mitra sur les terres hyboriennes :

Le clergé est vêtu de longues robes noires à capuches. Une lourde tunique et un pantalon de laine sont en général portés par dessous lors des jours de grand froid.

Les prêtres de village ont une position spéciale en Argos. Ce sont souvent des érudit ou des individus issus de la noblesse. Ils sont parfois de véritables administrateurs de la vie quotidienne. Il n'est pas rare qu'un temple de Mitra dispose des terres qui l'entourent et les administre comme le ferait un seigneur dans son domaine. Ils donnent des services religieux qui visent à garder en ordre la société par la morale. Les prêtres font partie d'une classe sociale à part qui peut être considérée comme le troisième pouvoir des terres hyboriennes grâce à l’alphabétisation et l'éducation dont ils bénéficient, cela influence alors grandement les codes d'honneur de la noblesse qui utilise le culte bien souvent pour légitimé sa supériorité.
Les prêtres sont exempté de tâches ingrate comme le travail des champs. Ils ont des privilèges et des responsabilités importantes malgré ce que les classe sociale les plus basses peuvent parfois penser. En général, le prélat est un garçon du cru envoyé en service au temple le plus proche aux alentours de 7 ans pour devenir oblat. Il est présenté à l'autel le Jour de l'Oblation, la main droite enroulée dans le tissu de l'autel. Les parents embrassent sa main et le présente au prêtre avant de le laisser. Après cela, l'enfant est entièrement dépossédé de tout vêtement et se voit donner une simple robe noire, marque du clergé. On lui apprend alors les rituel quotidiens et la vie puritaine dédiée aux dévots.

Les oblats apprennent la discipline, la théologie et la philosophie. Ils sont aussi initiés aux subtilité de la politique de leur culture et apprennent un métier manuel. L'hiver ils sont autorisé à un repas par jour mais le reste de l'année ils n'ont droit qu'à un repas frugal le soir. Il est rare que des gens plus âgés que 10 ans entre dans les rangs de la prêtrise au-sein du culte. Cela est sujet à de pénibles controverses cléricales.
Si la plupart des prêtres de Mitra sont assignés à un temple il existe quelques anachorètes qui parcourent le monde.

Bien que le clergé soit autorisé à se marié, le mariage est vu au sein du culte comme un mensonge et une illusion. Certains prêtre cependant conservent malgré les tabous des concubine en secret. Bien que le clergé de Mitra se dise au dessus de la possession et de la politique, il ne refuse en rien les donations pécuniaires ou les terre offertes par la noblesse ce qui a rendu au fil de temps le culte riche, prospère et influent. Il va s'en dir qu'aucune règle particulière dans le dogme interdit aux prêtres de s'enrichir afin de jouir librement des plaisirs temporels et physiques...
Néanmoins ils s'oppose farouchement aux sacrifice animaux et humain les reliant aux cultes dédiés aux démons. Mais si un prêtre a un jour tué un homme pour quelque raison que se soit, il n'est plus autorisé à célébrer les mariages.

Ce sont des prêtres de Mitra qui semblent avoir développé l'alphabet de l'Argos remplaçant l'ancien langage par une syntaxe plus praticable.

Leur intolérance n'est pas seulement légendaire puisque s'ils trouvent quiconque -n'appartenant pas à la noblesse- à pratiquer la magie noire, celui là sera brûlé comme sorcier sans autre forme de procès, même les prêtres défroqués.
De même le clergé de Mitra invite à traiter tout autre clergé comme des étranger indésirables à la société.

Les sanctuaires de Mitra

On les trouve généralement dans des grottes ornée de tombes vide promettant la vie éternelle et l'accès aux Mystères de Mitra ! Les chapelles se regroupent en fraternités d'une centaine de membres maximum. Si ce nombre est dépassé, un autre temple est formée avec une nouvelle congrégation. Ils sera construit à l'endroit où les fidèles se sentent le plus en affinité avec leur dieu dans l'expérience mystique.

Un Mitraeum est rectangulaire et mesure environ 75 pieds par 30 le long desquels se répartissent des alcôves. Une frise d'or orne les mur tout le tour et décore l'endroit en représentant des passages de la vie de Mitra.  Des banc de pierre sont disposé en ailes de chaque côté de l'autel et accueillent les membres du culte. Ces temples permettent d’installer confortablement une trentaine de fidèles en même temps. Derrière un autel de jade clair vierge de tout sacrifice se tient une idole de Mitra sur un piédestal.

Suggestion d'interprétation :
La dichotomie de la croyance que le monde spirituel est la création d'un dieu du « bien » et véritable, et que le monde physique est engendré par le mal et constitue une illusion est le principe fondateur du courant manichéens. Je suggère d'aller gratter les croyances Paulistes, Bogomyls ou Cathares. On peu s'inspirer aussi des chrétiens gnostiques de l'ancienne Byzance.
En ce qui concerne les interdit alimentaires des oblats on peut s'inspirer du carême traditionnel des chrétiens catholiques.[/b]
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 21:09
Set :

Citation :
« Les adversaires humains, il ne craignait point, ni la mort par l'acier ou le feu. Mais c'était le pays de la sorcellerie et de l'horreur sans nom. L'Antique Serpent, banni depuis une éternité des terres hyboriennes, rôdait toujours dans les ombres des temples énigmatiques, et affreux et mystérieux étaient les actes perpétrés dans les sanctuaires enténébrés. »
Extrait de L'ombre de Xuthal

Si on en croit Xaltotun il fut un temps où le dieu serpent dominait le monde, aujourd'hui Set est surtout vénéré en Stygie et dans les endroit où celle-ci a une grande influence. La religion de la sombre de ce pays est synonyme de soumission au règne du Père Set dont la suprématie est incontestable sur la terre. Son panthéon inclue parmi ses dieux plusieurs bêtes immondes et sanguinaires assujetties à Set et à son commandement. C'est une religion mystique, secrète et sanglante, survivance d'une étrange culture pré-humaine oubliée. Comme le culte de Mitra celui de Set est rituel pour le commun et devient beaucoup plus savant et mystique pour les prêtres lorsqu'on entre dans le cercle des initiés. Le culte est devenu sombre et maléfique quand les prêtres ont appris de Set les secrets des Mystères et de la terreur.
Set est l'ancien dieu de la Stygie, mais les prêtres de Set constituent toujours le seul gouvernement de ce pays. Il est aussi vénéré par les Chagas du Kush, certains cultes dégénérés du Shem et quelques sorciers maléfiques à travers le monde.
Set est symbolisé par un serpent écailleux enroulé sur lui même et se mordant la queue. Il est l'ennemie mortel de Mitra mais déteste également son ancien scribe Ibis.
Les prêtres terrifient leur sujet autant que leurs ennemies. Beaucoup sont corrompus ou dément, voire les deux. Ceux qui sont encore saint d'esprit sont pourtant prêt à sacrifier leur disciple sans hésitation !

On raconte qu'autrefois Set marchait physiquement sur le monde et fut le créateur d'une ancienne race. Il fut terrassé par Mitra et aujourd'hui, il n'est plus incarné sur le monde, bien que sa puissance ait pour témoins ses prêtres et leur sortilèges ! Set a tout un panthéon à son service et ces dieux et déesses sont invoqué par les prêtres lorsqu'ils ont besoin de faire appel à leur domaine. Ils ne sont jamais vénéré à la place de Set.
n.b : Les informations extraites du supplément Faith and Fervor du Conan d20 sont complétées par celles contenue dans Stygia Serpent of the South. Vous y trouverez les détails concernant les autres dieux du panthéon de Stygie (Ahepi,Bast, Bes etc...) et les vénérations qui leurs sont du, ainsi que leur cosmogonie). J'apporterai plus tard des détails sur ces dieux et/ou sur les cultes hérétiques en Stygie. C'est très dense.


Ahepi la Momie-Baboon, protecteur de Lungs
Bast, Fille de Set, déesses des messages de Malédiction
Bat, la déesse-vache, prophète de Set
Bes, le Nain Musicien, protecteur des enfants
Derketo, la Putain de Set, la déesse des sables (Anuket, Derketa)
Djehuty, le scribe de Set et dieu du savoir (Thoth)
Ehtum, Seigneur du Crépuscule
Hap-I, seigneur du papyrus et du lotus
Harakt, seigneur des éclipses, dieu faucon
Hathor, le Feu de l’œil de Set (Sukhmet, Aset)
Heqat, déesse grenouille des sages-femmes
Idris, Défenseur de Set, dieu de la divine vengeance (Edjo ; Buto)
Imsety, protecteur du cœur
Ishiti, Déesse-démone du Temps
Kebb, le Grand Bavard
Khepra, le Soleil Levant
Khnemu, la Source du Styx
Maahes le Lion, fils de Bast, dieu des tempêtes
Min Koptos, le Noble Phallus de l'Homme
Montu, Tueur Enragé de l'Ennemi du Soleil
Nefertem, dieu du parfum et du lotus noir
Neith, L'arbitre Androgyne
Nekkhebet le Vautour, œil droit de Set
Nephthys, la Dame de la Maison, épouse stérile de Set
Nuit, le Ciel Insatiable
Qebsneuef, protecteur des viscères
Satet, Celle qui Baigne Set
Selkhet, la Femme Immonde sous la Belle Tente
Seshet, l'archiviste et architecte de Set, la Femme Maquillée
Shu, La Flétrie qui Soutient le Ciel
Sobek ; le dieu crocodile
Tef Maauti Nu, l'Eau du Ciel
Th'mumathph le chacal-momie, protecteur de l'estomac
Tawerat, la concubine hippopotame de Set
Usir, le phénix renaissant, celui qui active les yeux de Set
Yinepu, le dieu à tête de chacal, le Toujours Naissant


Philosophie du culte et symboles religieux :
La religion de Stygie comme le culte de Mitra se consacre à maintenir et justifier la société et la culture. La religion Stygienne offre une explication et une ligne de conduite au comportement de ses sujet ? Les prêtres ne sont pas des éventaillistes et se moquent de convertir ou de propager leur croyance. Leur dieu supervise tous les aspect de leur vie.
C'est une religion de symbolisme et beaucoup de stygiens ne croient pas en une existence concrète et littérale de leur dieu mais pense qu'il est le symbole d'une vérité cachée. Les sacrements et le contact avec le divin passante des rituels mystiques et une culture du corps particulière. C'est l'expression de la religion, l’objet de la vénération et une sources de réconfort et d'inspiration au quotidien pour les fidèles. Du point de vue des sorcier ils utilisent les objets du culte pour accomplir toutes sortes de miracles : animer une statu alors que le fidèle est en prière est un bon moyen d’impressionner les fidèles et de leur rappeler leurs devoirs. Les reliques sacrées, particulièrement celles qui contienne des substances sacrées sont traitées avec une grande révérence et transmettent leurs pouvoir lors de cérémonies puissantes aux participants.

Citation :

« Il vit de hautes colonnades noires, des piédestaux à demi dissimulés dans les ombres supportant les images de dieux immondes mi hommes mi bêtes. Des hommes se déplaçaient dans l'ombre, sombres, nerveux vêtus de pagnes de soie. Ils portaient un sarcophage de jade verte le long d'un couloir gigantesque plongé dans l'obscurité... Des voleurs rodant au cœur d'un Temple souterrain de Set, en Stygie.
Il se tint alors devant une grande porte de teck entrouverte. Il entra dans la majestueuse pièce obscure où la vertigineuse hauteurs des plafonds n'était qu'une représentation de plus des ténèbres qui pesaient au-dessus de lui au-delà des murs de pierre noire. De chaque côté, de hautes arches s'ouvraient sur un espace. Il était éclairé par de curieux braseros de bronze d'où émanait une lueur glauque. En face de ce grand hall de marbre noir, un escalier sans rampe, montait jusqu'à se perdre dans les ténèbres et encore au-dessus le toisait une galerie suspendue sinistre.
Conan frissonna, il était dans le temple de quelque dieu Stygien, si ce n'était Set lui-même, peut-être l'un de ses terrifiants sujets.
Extrait de L'heure du Dragon »

Voici les principales obligations d'un citoyen de stygie :
Un comportement correcte est synonyme de civilisation.
L'intolérance religieuse est nécessaire pour affermir le pouvoir séculier.
Set n'est pas « bon », il est fort : Set ne se compare pas aux autres dieu et sa religion non plus. Set est un dieu de force et peu importe ceux qui clament que leur religion est « vérité ». Le servants de Set clament que les autres dieux sont simplement faibles en comparaison du père des serpents.
Il faut considérer les vérité spirituelles avant les vérités du monde physique.
Il faut vénérer les animaux sacrés expression de la vérité de Set : Le serpent et l’hippopotame sont sacré et protégés en Stygie. Blessé ou importuné ces animaux est puni par la loi et toutes provocation à leur encontre est une hérésie. Tout stygien qui se respecte doit s’allonger devant un serpent et attendre que celui ci attaque ou passe son chemin. S'il attaque, le stygien est alors considéré comme un élu de Père Set et béni par lui. Cette pratique semble curieuse aux étrangers mais les stygiens la considèrent avec une grande dignité.
Il faut vénérer ses représentation statuaires : Les stygiens pensent qu'à n'importe quel moment leurs dieux sont capables de se manifester au travers des idoles qui deviennent alors les réceptacles de leur Kâ. Ces statue son nue et les prêtres les lavent et les habillent de soie et de lin. On leur apporte des offrandes de nourriture et de vin, de sang, d'animaux momifié et parfois on leur fait des sacrifices humains.
Il faut rendre hommages aux morts dans les rituels : Les morts sont importants en Stygie.  On pensent qu'ils ont une influence sur les dieux. On demande aux ancêtres d'intercéder pour la fortune, la fertilité etc... Ces rituels permettent aux stygien de dépasser leur peur naturelle de la mort On célèbre aussi le jour des mort où il est question de festin partagée avec la famille pour honorer le jours du décès d'un ancêtre, comme un anniversaire.

Parmi les symboles religieux respectés et affichés par le culte voici les principaux :
Le Ankh (crux ansata, croix-tau ou croix ansée), représentation de la vie et du cycle, symbole de puissance occulte. Elle est aussi immanquablement la représentation de la vie qui perdure au delà de la mort, la vie éternelle. C'est un symbole affiché par a majorité des divinité du panthéon stygien. Quand il est porté au lèvres ou embrassé il signifie le souffle de vie. Il est souvent utilisé par les Sorciers démonistes stygiens pour réanimer les morts. C'est cependant un symbole très courant dans la vie quotidienne.
Le couteau, symbole à la foi de pouvoir guerrier et ésotérique, outil quotidien mais aussi outil de guerre et outil sacré, la lame est très importantes. Elle est la protection, la rétribution à l'offense, l'objet utilisé dans le culte et celle qui verse le sang. La simple lame est gorgée de mystères et de puissance pour les stygiens qui porte ce signe.
L'obélisque, pilier sacré et monolithique à l'architecture démonstrative et aux proportions phalliques, symbole de l'expression de la puissance divine et du geste créateur. Alternativement représentation de la puissance des astres et de l’être achevé et complet. Elle représente un rempart contre les forces du mal.  Elle représente la fierté, la force, la stabilité liés à Set. On dit que l'obélisque est le rayon pétrifié de Set, symbole du feu de la création et du commencement. Elle se tient droite, immense et éloigne les tempêtes en perforant le ciel. Elles sont souvent placées par paires à l'entrée des temples et on raconte que Set peut habité ces monument en esprit et voir depuis leur sommet ce qui se produit autour.
Le scarabée bousier symbole de la création. Son nom « chepre » proche de « cheper » qui signifie prendre forme lui donne une dimension occulte très forte. Il est la représentation de la conception formulée (conception devenue concrète). Par leur manière de rouler la boue ils imitent la course du soleil et le cours des astres. Ce symbole sert également de sceau à des fin de protection contre la magie ! C'est un symbole solaire très rependu utilisé sur des million d'amulettes. On le place sur le cœur des momies afin d'accompagner leur voyage vers l'au-delà. Leur âme peut alors traverser vierge de toute corruption et auréolée de pureté
Le Sesheset est une sorte de tambourin  en forme de ankh qui inclus un disque de métal dans une large boucle. On le secoue lors des cérémonies où il est sensé représenter les corne d'Hathor qui sont incorporés dans sa forme générale. Il produit un doux son de cliquetis comme si on secouait une coque de fleurs de papyrus. Il est réputé pour avoir des effets sur la fertilité et la sexualité et est utilisé lors de rituels érotiques.
Les ornements royaux : En Stygie le roi porte plusieurs emblèmes qui sont le symbole de son pouvoir régalien. La houlette symbolise son autorité sur les innocent et le pouvoir de leur octroyer des récompenses. Le fléau au contraire, représente le pouvoir de châtier. Sur la couronne on trouve le Cobra de Set qui est l’œil de Set voyant tout ce que peut voir le roi lui-même. A ses côtés, le vautour de Nekhebet, l'autre œil. Il fut une époque où la Stygie était divisée entre le royaume du nord et celui du sud. Sous le règne de Tuthothomes XX elle fut réunifiée. Voici pourquoi la couronne est double. Le roi représente autant le haut pouvoir du gouvernement que celui du clergé. Il est le plus haut prêtre de Stygie. Ainsi il garde son corps propre est entièrement glabre en symbole de pureté et de pouvoir.

Une religion du « Mal »
Le culte de Set est perçu par les étrangers comme un culte maléfique mais il n'est clairement pas « bon ». Les servant de Set son cependant trop occupés par le besoins quotidiens pour s'astreindre à attaquer les autres religions. Cependant il défendrons la souveraineté de la Stygie sans pour autant justifier des conquêtes sous prétexte de rependre le « bien » ou la « vérité ». Ce n'est pas parce que ce culte est perçu comme une religion sombre et violente que ses prêtres passent leur temps à faire des choses stupides ou à vous convaincre qu'il le font pour le bien ! C'est une question de culture, pas de croisade !
La religion de Set est dure, coercitive et oppressive mais certainement pas stupide.

On lui rend hommage lors de grandes fêtes orgiaques où sont pratiqué de nombreux sacrifices humains ou par des rites plus subtiles. Par exemple on laisse un serpent géant déambuler dans les rues librement en déclarant que quiconque est mangé par la bête est une offrande à Set. Lors des guerres, des sacrifices sanglants de centaines de vierges la nuit précédent l'affrontement peuvent assurer la victoire à la bataille !

Toute cérémonie commence par un salut à Set en levant les bras, parfois les armes. Ce geste est considéré comme une représentation vivante du dieu

L'âme et l'au-delà
Les Stygiens croient qu'un être est constitué de plusieurs partie. Le Ba est partie de l'âme (la sagesse) et dépeinte comme u oiseau à tête humaine. Le Xu est la connaissance de la personne, son intelligence et son savoir. Le Ka est la puissance intérieure, son aura, ce qu'elle dégage. Il est souvent décrit comme un double invisible qui se superpose à l'individu. Xa est le nom du corps physique, palpable et périssable contrairement au Ka, au Ba et au Xu qui sont considérés comme immortels.
Les pyramides de Stygie possiblement construites par une race plus ancienne servent maintenant de temples aussi bien que de sanctuaire pour les défunts. Les momie sont placée dans ces tombes pour être avant tout protégées des charognards. La momification est une pratique ancestrale qui remonte au grand cataclysme et représente la croyance en l'au-delà pour les fervents serviteurs de Set.

Le clergé
Le titre de prêtre en Stygie est aussi bien donné à ceux qui s'incluent dans le hiérarchie cléricale que gouvernementale. En dépit du sens moderne donné au mot prête, en Stygie cela ne désigne pas nécessairement un individu assujettie uniquement à la religion. N'importe qui servant une fonction au sein d'un temple ou du gouvernement peut être qualifié de prêtre. Les plus capables et les plus instruits sont invités à rejoindre les rangs de la prêtrise. De même, c'est une charge qui peut se transmettre de père de en fils.
C'est le haut prêtre du temple qui décide de qui peut accéder à la prêtrise. Les nouveaux initiés passent par un rituel où ils sont entièrement rasé et plongé dans un bassin pour un baptême : symbole de la naissance du monde dans l'Océan Cosmique. Si le candidat n'est pas circoncis alors ont lui applique la cérémonie appropriée. Il est ensuite ouin d'huiles sacrées et aspergé d'eau. Il est astreint à dix jours de retraite et de méditation à l'issu desquels il est exposé à la fumée du lotus noir. Cela lui ouvre les portes des songes et lui donnes accès aux mystères initiatiques de Set.

Gravir les échelons suivant est autrement plus difficile puisque chaque étape s'accompagent d'une épreuve.

Les 7 Mystères de Set :

Comme dans le culte de Mitra, le culte de Set a 7 Mystères. Les anciens écrit disent que les Roi-Géant et les Acheroniens auraient laissé dans leurs pages des indices sur bien d'autres mystères encore. Les Acheroniens semblaient en posséder 9 et les Roi-Géants 12. Durant les diverses périodes de guerres et de conquête ces secrets se seraient perdus et beaucoup aurait disparu faute de copie écrite n'ayant survécus que pas la tradition orale. Cependant, le savoir conservé implique une relation indéfinie entre le Gardien des Mystère et peut-être les derniers membres du Peuple Serpent, maîtres de l'oubliée Valusie, enterrés profondément sous les tombeau de la vielle Stygie !

Le 1er Mystère : Set révèle la plupart des significations symboliques du culte et délivre la connaissance de alchimie à ses adeptes. Cette révélation intervient lors d'un rituel où de la drogue est prise pour entrevoir les vérité mystiques cachées.
Le 2nd et le 3ème Mystère : Set révèle plus de savoir encore. L'initié est capable de décoder de mieux en mieux le sens cachés des textes et des symboles. Il en apprend les objectifs véritables et on lui enseigne ce qu'il y a à savoir sur les autres dieux. On introduit le fidèle au culte des serpent.  Lors d'une cérémonie où il est allongé entre deux cobra il apprend à commander aux serpents. Il les regarde dans les yeux et lève la main droite en effectuant des mouvements rituels. Au niveau suivant l’initié est placé dans un sarcophage. Il est nu. On prend un plat de lapis lazuli et une assiette d’albâtre dans laquelle on dilue du pain avec de l'eau. Le prêtre ordonne à l'initié de boire le mélange, pain et eau de la vie ! Durant trois jours il reste allongé dans le cercueil subissant une mort symbolique. A l'issu des trois jours une étrange compagnie de 7 individu jouant une musique bizarre vient.Les 7 prêtre forme une chaîne autour de l'adepte et entonne une litanie de résurrection. La tombe est rouverte et l'initié en sort.
Le 4ème Mystère : Les gardiens de ce secret sont appelé Les Cachés. Ce niveau d’initiation requière d'être mordu par un cobra sacré de Set dans un rituel public. Si l'initié survit, on leur révèle la vérité sur Yig, Yezm et les Grands Anciens. Ces vérité ébranlent profondément les initiés au point de leur faire renoncer à tout code d'honneur s'ils en suivaient un. Il saisissent que la vie n'est qu'une maigre chose et qu'elle ne doit leur servir qu'à accéder aux pouvoir des forces promises par le dieu ! Peu à peu l'initié devient un individu dominateur et intimidant autant à cause du choc infligé par la vérité et l'effet de sa pratique sur son mental. Désormais, il sait commander aux serpents.
Le 5ème Mystère : Il enseigne comment les symboles cachés de Set révèle la vérité cachée sur le sens de la vie et de son origine. Le pouvoir occulte qui baigne les veines de l'adepte gagne en puissance et sa capacité à manipuler les foules va de paire. Les savoirs impies qu'il accumule l'affectent de plus en plus et à la folie se joint la corruption !
Le 6ème Mystère : Set enseigne à l'initié le véritable pouvoir des rêves!Au travers des rêve l'initié est alors capable de maîtriser encore mieux sa magie et d'acquérir plus de connaissance. Il apprend à interpréter les rêves des autres et à apprendre sur eux des choses intimes par cette interprétation ! Il peut ainsi se glisser dans les plus sombre secret de quelqu'un qui lui raconterai un rêve sur le ton de la confidence.
Le 7ème Mystère : Il est réservé aux prêtres sorcier qui ont effectué leur pèlerinage à Erkulum, la Cité de Set, et ont traversé ses terrible rites mettant leur volonté à l'épreuve. Ceux qui survivent à l'initiation mortelle peuvent alors comprendre le vrai sens et la du pouvoir  de manipuler l'univers autour d'eux par leur volonté. Ceux-là seuls peuvent désormais connaître ce qui se cache véritablement derrière le culte de la religion sombre de Stygie. Ce sont des sorciers émérites dont la volonté ne fléchit jamais !

Obligations des adorateurs : L’obéissance absolue est exigée de tous les adorateur du dieu serpent, et ce même s'ils doivent constituer le prochain sacrifices ! Bien entendu le temple local réclame une dîme régulière.
Avantages des adorateurs : Set, lors qu'il est généreux accorde à ses fidèles rituels et sortilèges de sorcellerie !
Obligations des prêtres ordonnés : Un prêtre de Set doit connaître les rituel de sacrifice humain à son dieu et maîtriser au moins deux discipline de sorcellerie. Il doit obéissance au grand maître du culte et aux lois nationales de la Stygie (qui ont en grande partie été édictées par Set).
Avantages des prêtres ordonnés : Ils ont accès à un apprentissage en matière de sorcellerie proprement fabuleux puisqu'ils sont en mesure d’appréhender toutes les disciplines maléfiques ou non à l'exception de la mystérieuse magie orientale. En Stygie ils disposent d'une autorité quasiment incontestable.
Châtiment pour les apostats : une exécution par sorcellerie démonstrative est pratiquée. Si cela est possible. Dans le cas d'un fuyard, il le sera à distance...

La piste Lovecraf :
A mesure que l'initié progresse dans les rangs de la prêtrise le lien entre Set et Yig, le père des serpents apparaît évident.
Yig est un grand ancien à la forme d'un serpent humanoïde écailleux, forte. Il est accompagné d'une foule de serpent. Il est le père de la race des homme-serpents de l'ancienne Valusie. C'était un puissant peuple de savant, d'astronomes et de sorciers !

Le Peuple Serpent « Premier peuple de l'Hyperborée » :
Les Valusiens ont battit des cité gigantesque de basalte noir. Ils se dévouaient à la guerre, la sorcellerie et la science.
Ils furent en guerre contre le peuple de Gnoph-Keh et leur premiers serviteur primitifs les Voormis.
La plus grande cité où ils se retirèrent durant leur chute fut Yoth. Ils battirent aussi la splendide Zin. A cette époque on les disait capable de manipuler la vie elle-même. Le second royaume vit son érection au centre du continent de Thur. Cet empire s'effondra encore plus vite que le premier et le Peuple Serpent se retira sous les hordes humaines jusque dans la citadelle de Yanyoga !
Les Vers de la Terre sont ce qui reste du Peuple Serpent. Maudit par Yig pour s'être tournée vers Tsathoggoa ils sont passés de la forme d'homme à celle de serpent ou se sont reproduits avec des humains ce qui les a fait dégénérer.
Ubbo-Sathla garde une des entrées secrètes vers les plateau gelé des terres oniriques.

Suggestions d'interprétations :
Il faut avant toute chose s’intéresser à la symbologie des éléments précités qui ont une grande importance et semblent avoir été piochés tels quels par l'auteur dans les symbole de l’Égypte antique. (Mes notes sur le bousier notamment sont issues du l'encyclopédie des symboles ed. Livre de poche, collection la pochotèque). Ce symbole était cependant également répandu chez les phéniciens, à Carthage, chez les grecs, les étrusques au Vème siècle et jusqu'en Crimée par les relation commerciale que ces peuples entretenaient.
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 21:18
Yog :

n.b. : Il est évident que le pont entre H.P. Lovecraft et R.E. Howard n'est plus à mettre en doute lorsqu'on parle du dieu Yog. Howard en dit très peu au sujet de ce dieu laissant toute latitude d'aller creuser du côté de son confrère à qui il l'a emprunté. Il semble évident que le culte Darfari de Yog soit de manière concrète un culte primitif délivré à Yog-Sothoth. Vous trouverez ci-dessous tous les détails concernant Le dieux en luis même.

Il est connu comme « le seigneur des demeures vides ». Il existe peu de précisions sur la manière dont est organisé le culte car il est issu de traditions orales et tribales ! Il est le maître de tous les endroits Vides, des déserts aux Ténèbres Extérieures. De manière concrète et symbolique, tout ce qui est vide est son domaine.

Très souvent ses adorateurs sont darfari, qu'ils soient originaire du Darfar ou qu'ils vivent loin de leur patrie ou soient enfants d'esclaves au service des seigneurs du Turan à Zamboula.
On lui livre un culte à Zamboula et au Dafar en premier lieu où ses adeptes rôtissent et dévorent des victimes humaines. Ensuite, ils immolent leurs ossements par le feu. Dans la cité les pratiques de ces cannibales sont connues des autorités qui préfèrent ménager leur culte plutôt que de provoquer une rébellion des esclaves en tentant de le juguler. Les indigènes de Zamboula savent qu'il vaut mieux verrouiller leurs portes à la nuit tombée et éviter de se promener seuls dans les rues à la pleine lune. Certaines pensions de famille ont même conclu des accords secrets avec les vénérateurs de Yog et ont créé un marché parallèle pour leur fournir des voyageurs étrangers qui ne manqueront à personne s'ils servent de victimes sacrificielle ! La seule raison pour laquelle les esclave darfari de Zamboula jurent par Set, c'est que leurs maîtres sont des setites...

Yog est aussi associé par les Zuagir du Shem au dieu Turanien et Shemite du désert qui brule ses victimes sous le soleil cuisant. Selon eux il est le maître du feu et des espace arides et vierges.
Les fidèles et les prêtres ont un régime carnivore stricte et cannibale. Cette consommation de chair n'est pas simplement de la perversion mais un véritable mode de vie rituel.
Les Darfari préfèrent les masses et matraques comme arme la plupart du temps car ils croient que battre un ennemie à mort ou jusqu'à l'inconscience confère à sa chair un goût particulier. Les ouvrir à l'épée expose la chair et fait couler le sang sur la terre. La chair a plus de valeur si la victime a été rouée de coup et effrayée, forcée à courir pour sauver sa vie. Voilà pourquoi en général, elles sont capturée lors de chasses. Il ne suffit pas de simplement tuer un sacrifice, il faut lui donner un sens !

Une fois la victime capturée elle est assise de force sur le sol ses pieds sous ses cuisses, à genoux et attachée. Ses mains sont liées en face d'elle et on bande ensuite les yeux de la victime. Une fois parfaitement immobilisé, le sacrifice est hissé à l'aide d'une corde en surplomb d'un creusé brûlant remplit de pierres brûlantes. Les pierres ont été chauffées par les femme dans le feu alors que les hommes attachaient l'individu. Ensuite, on le cuit vivant après l'avoir enduit de terres et d'herbes sacrées.
Une fois correctement rôtit, on retire le corps du feu et on prie pour que cette offrande soit adressée au dieu sombre du Darfar. Ce rituel varient selon les tribus. Parfois le sacrifié est peint en noir, parfois l'individu est retiré du feu et découpé immédiatement après pour que sa chair soit distribuée au clan.
Il est fréquent que tous rituels de Yog se concluent par la consommation de chair humaine. Les adorateurs de Yog ont l'obligation de consommer de la chair humaine de façon rituelle régulièrement. Certains d'entre eux liment leur dents en pointes depuis leur plus jeune age de guerriers. Ces rites sont une question de symbolisme et de foi. Ils sont en lien avec la pleine lune et les cycles lunaires.

Une religion de sorcellerie et de pouvoir :
Si les darfari ne prient pas que Yog et sont aussi influencés par les cultes animistes, les fidèles de Yog pratiquent la sorcellerie.
En échange de leur fidélité Yog accorde à ses prêtres des pouvoirs, de la magie, des connaissances et le don de maudire ses ennemies. Ses prêtres sont des sorciers dont les connaissances ancestrales tiennent à des rites initiatiques mystérieux et souvent primitifs qui ouvrent leur perception sur d'autres considérations. Leur connexion avec le Vide leur octroie des dons de divinations et le pouvoir de canaliser les forces telluriques pour affliger de malédiction ou contraindre les esprits à obéir ! C'est une magie très spirituelle mais elle est aussi vindicative, violente, sanglante et offensive !
En terme d'idéologie et de culture c’est une religion qui ne nient ni la cruauté ni la violence surtout si celle-ci prouve la force d'âme et celle du corps ! C'est avant tout une religion tribale.

Yog-Sothoth, le Dieu Extérieur :
Citation :
« Yog-Sothoth connait la porte. Yog-Sothoth est la porte. Yog-Sothoth est la clé et le gardien de la porte. Passé, présent et futur, le tout est un en Yog-Sothoth. Il sait où les grands anciens se délivrèrent de leurs chaînes et où ils se délivreront à nouveau.
~ The Dunwich Horror by H.P. Lovecraft »

Il est l'espace et le temps, la Clé et la Porte, le gardien de la Porte Ultime. Il est celui qui est à la fois tout et au-delà : le limon originel dans le chaos nucléaire, à jamais au-delà des frontières les plus éloignées du temps et de l'espace. Il représente également l’entropie, le destin et le passage impitoyable du temps.
Il est décrit symboliquement sous la forme d'un conglomérat de globes iridescent toujours fluctuant s'interpénétrant et se brisant alors qu'ils se reforment. De la perception humaine il semble colossal. Si on on peut lui attribuer une taille c'est qu'il nous apparaît dans une dimension perceptible par nos sens.
Yog-Sothoth demeure dans les interstices qui séparent les mondes et les plans d'existence qui composent l'univers.
Il est et a toujours été avant tout une divinité de sorciers et de magiciens ! Ils accordent aux érudits suffisamment éclairés le pouvoir de voyager entre les mondes, de voir et comprendre d'autres plans ou de percevoir le temps. En échange ses adorateurs lui ouvrent la voie afin qu'il puisse dévorer le monde où ils se trouvent et y puiser l'énergie qui le nourrit !

En Khitaï il est vénéré de manière minoritaire mais pourrait bien être associé au Cycle et à la réincarnation dans le temps.

Tawill at'Umr et son voile :
Citation :
« Il y avait également une autre ombre qui n'avait pas de piédestal mais qui semblait planer ou flotter dans la brume du niveau inférieur qui ressemblait à un plancher. Les contours de la forme n'étaient pas exactement continus, mais faisaient quelques fois penser à quelque chose précédant une forme humaine ou étant parallèle à une forme humaine, bien qu'elle soit deux fois moins large qu'un homme ordinaire. Elle semblait porter des vêtements lourds, comme les ombres sur les piédestaux, avec quelque tissus de couleur neutre. [Ceux qui l'observaient] ne pouvaient voir aucun des trous par lesquels il devait voir. Il n'avait probablement pas besoin de voir : il semblait appartenir à un genre d'être d’avoir de simples organisations et faculté physiques.
Extrait de Par delà la porte d'argent


Tawil At'Umr est « Le voyageur du Temps », « Celui dont la vie est prolongée », « le plus ancien ». Sous cette forme, Yog-Sothoth ressemble à un homme à l'image floue et fluctuante couvert d'un voile blanc. On dit que c'est l'avatar le moins malfaisant du dieu, mais cela reste subjectif.
Il est guide et gardien. Il trace le chemin pour les voyageur et les rêveurs pour ceux qui le méritent et conduit la cérémonie qui leur permet de traverser. S'il révèle son visage aux rêveurs alors celui-ci est frappé par la folie et la destruction ! Lorsqu'il apparaît sous cette forme, généralement appelé par un adorateur qui souhaite voyager au travers du temps et de l'espace grâce au passeur, ce dernier doit parvenir à négocier avec l'entité qui se manifeste sans se faire annihiler.

Aforgomon et ses chaînes :
Il est l'avatar le plus proche des cultes cannibale primitif dans leur relation symbolique à la chair. Surnommé « la foudre du dieu », « le Dévoreur » ou encore « Seigneur du Temps » et « dieu des cycles », il s'incarne dans un fidèle et communique au travers de sa chair. Il délivre alors réponses et prophétie. Il est aussi associé à la réincarnation
Il est vénéré surtout dans les terres oniriques mais son pouvoir s'étend aussi au monde de l'éveil. Son aide est recherchée par ceux qui souhaitent changer leur passer ou voir l'avenir. Mais traiter avec lui reste dangereux : ceux qui transgressent ses interdits son livré à la souffrance et à l'agonie. Enchaîné assis sur une chaise en pierre dans les terres oniriques, au dessus d'un gouffre abyssal, ceux qui ont offensé le dieu sont châtiés par lui.
Les chaînes ignée brûlent ses chairs alors qu'il est vivant et les cadavres sot retrouvés sur terre marqué par des brûlés étranges. Toute traces de ces individus et effacée de l'espace, de l'existence et du temps ! [On remarque que la symbolique du rituel appliquée à la cuissons de leur victimes (décrite par Howard) dans les cultes tribaux darfari est une reproduction parfaite du châtiment du dieu (décrite par Lovecraft)!] Nul n'est assez fou pour oser contrarier le Dieu Extérieur !
Cependant, il existe des châtiment moins terribles où le dieux condamne simplement l'âme à ne jamais connaître le bonheur et la satisfaction dans ses futures incarnations sans pour autant la rayer de l'existence.
Il n'y a pas que la vie que nous devons craindre, il y a aussi les frontières de l'infini.

Obligations des adorateurs : Manger la chair humaine au moins une fois par mois ; participer à une expédition de pillage pour capturer des victimes adequates au moins une fois tous les trois mois.
Avantages des adorateurs : La sorcellerie ! Ils sont particulièrement versé dans la divination, les sorts de protection, les invocations et les malédictions !
Obligations des prêtres ordonnés : Ils pratiquent les sacrifices rituels.
Avantages des prêtres ordonnés : Ils ont accès à un apprentissage en matière de sorcellerie puisant et sombre ; ils bénéficient de dons de divinations et savent infliger des malédiction terribles !
Châtiment pour les apostats : Les traîtres sont dévorés.

Suggestion d'interprétation :
Contrairement à la vision mythologique des dieux dans Conan, Yog-Sothoth est une chose puissante est conceptuelle qui ne doit pas être vue comme un dieu au sens antique tu terme mais qui se rapproche plus de la définition d'une force universelle et quantique dans nos concepts modernes. Pour aborder Yog-Sothoth d'un point de vue mystique il faut aborder avant tout son principe en tant qu'abstraction.
En ce qui concerne la sorcellerie il faut s'inspirer du voodoo, du juju ou de la sancteria pour les personnages qui auraient eu des contact avec d'autres religion et la civilisation ! Il est intéressant d'aller chercher du côté des mystérieuse connaissances astronomiques d’anciennes tribus indigène comme les Dogons, les Rapanouis ou certains culte de polynesie ou de papouasie. Les vielles croyance africaines sont bien entendu toutes indiquées !
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Sep - 21:26
Ymir et le panthéon nordheimir

n.b. : Ymir N'EST pas le Ymir du panthéons Norse et n'est certainement pas en rapport avec les mythes d'Odin. De même le mythe du Valhalla, n'est en aucun cas relié à Ymir dans les mythe de Howard !

Ymir est le roi des géants du gel originel pour les Aesirs comme pour les Vanirs  ! Les morts habitent ce royaume de longs couloirs, de glaciers enneigés, et d'éternelle boisson pleins d' éboulements et des combats ! Il est un dieu crucial dans le mythe de la création des Nordheimir qui n'ont guère besoin de dieux excepté pour en faire des chansons et des légendes ! Il représente la terre qu'ils croient formée de glace et de neige. On dit qu'il fut le premier être vivant, décongelé juste avant le second : la vache primordiale Audhumla qui pourvut à sa seule nourriture en l’allaitant. Du corps d'Ymir naquit les premiers hommes. Un homme et une femme issu de la transpiration gelée de son aisselle gauche. De ces deux être naquirent les Vanirs et les Aesirs.
Il n'a pas de rituel élaborés mais on le célèbre par des combats, des chants et des beuveries.

Pour les Nordheimirs, le combat et la bataille n'est pas seulement la base de l'économie ou de la société c'est aussi la base de leurs pratiques religieuses. C'est vénérer Ymir à juste titre que de se battre et de festoyer ensuite pour la victoire ! Il est évident que ces beuverie ont un sens symbolique : la bière est le sang d'Ymir et bien qu'elle soit consommée en grande quantité elle n'en est pas moins sacrée. On raconte que l'on peut entrer en contact direct avec Ymir si on parvient à boire jusqu'à l'inconscience. Aussi l'ébriété devient une obligation religion autant qu'une activité sociale.

La vie est faite pour être embrassée avec enthousiasme et la mort doit être accueillie de la même manière. Les Nordheimirs croient en l'au-delà qui est souvent une image de la manière dont ils ont vécu. Pour les gens du commun c'est une éternité de servitude auprès des guerriers honorés au Valhalla.

Atali, fille d'Ymir est une enchanteresse qui séduit les hommes et les emporte dans le blizzard. Elle a plusieurs frères, d'immenses guerriers à la barbe de givre. Il ressemble à des guerriers Nordheimirs géants et barbus. Ils tendent des embuscades aux hommes égarés et les écrasent de leur hache si le pauvre mortel n'est pas déjà mort de l'exposition au froid ! [Suggestion d'interprétation : elle peut être considérée comme une déesse de la mort]

" Nenni ! Cria le vieil homme dont les yeux étaient hagards et étranges. C'était Atali, file d'Ymir, le géant du gel ! Elle s'en vient vers les champs des morts et se montre aux mourants ! Moi-même, je l'ai vue lorsque j'étais enfants, alors que j'étais étendu presque mort sur le champ ensanglanté de Wolraven ! Je l'ai vue déambuler parmi les morts dans les neiges, son corps nu étincelant comme de l'ivoire et ses cheveux à l'éclat douloureux à la lueur de la lune. J'étais allongé à hurler comme un chien mourant parce que je ne pouvais pas ramper pour la suivre ! Elle séduit les hommes et les attire depuis les champs de la douleur jusqu'au friches où ses frères les géants du gel les abattent, avant de déposer leur cœur rouge et fumant à la table d'Ymir. Le cimmérien a vu Atali, la fille du géant du gel !"
extrait de La fille du géant du gel


Les sages chamans du Nordheim :
Connus sous le nom de Godi au Vanaheim et de Godar en Asgard, leur position est plus politique que religieuse. Ils tiennent un rôle prépondérant et assure le bon déroulement des cérémonies en toutes circonstances. Au Nordheim la religion est une chose personnelle mais un Nordheimir peut, en vertu de sa lignée et de son sang, réclamer son droit à être prêtre. Pour cela, il doit descendre d'un roi ou d'un Godi/Godar et bénéficier d'une excellente réputation au sein des siens. Son initiation requière une retraite solitaire sous la vigilance des Arbres Gardiens en terre sacrée. Les shamans Nordheimirs se focalisent sur les disciplines de divination et de magie de la nature mais parfois aussi dans quelque branches de magie liée au cosmos ou à l'hypnotisme.
Parmi les Aesirs, la question de la religion est de l'ordre du privé. Ils n'ont ni besoin ni envie qu'un prêtre intercède en leur faveur ou défaveur envers Ymir. Chaque homme ou femme est son propre interprète. Trois fois par an, au printemps, au milieu de l'été et en automne, on célèbre et on le prie afin qu'il apporte la victoire au combat en lui offrant des sacrifices de sang, en dressant des banquets et des festins noyant le tout dans la bière ! On lui adresse des chants et on célèbre la guerre en son nom.

Les Völvas sont des sorcières Nordheimirs qui pratique le Seid, la magie shamanique du Nordheim. Cette pratique est considérée comme une discipline de manipulation qui ne convient pas aux hommes, aussi la plupart des Völvas sont des femmes. Certains hommes ayant été confronté au surnaturelle dans des circonstance exceptionnelles décident pourtant d'emprunter cette voie. On dit que la pratique du Seid va à l'encontre du code d'honneur Nordheimir qui met en avant la bravoure des hommes à la bataille. Cette magie primordiale repose principalement sur la divination, l'hypnotisme, la magie de la nature mais aussi les malédictions ! Les vieilles femmes Völvas sont vue comme des représentantes des esprits de la mort. Elle porte des manteaux noirs aux larges capuches de fourrures sombres. Certaines sont nues en dessous et quelques une portent l'épée. Elle arborent le bâton traditionnel appelé Seidstaff qui aide à leur magie et leur permette de lancer des sortilèges puissants. Elles sont connues pour leurs transes shamanique, le don de divination, leur rêves prophétiques et leur connaissance de l'astrologie. On raconte qu'elles sont capables de commander aux animaux. Les légendes obscures disent même que certaines peuvent réanimé un guerrier que tous croient être mort.

Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme, celle-ci est multipliée par 10 durant la saison des raids, généralement dans les dernière semaines de l'été ou au début de l'automne.
Avantages des adorateurs : Les fidèles bénéficient de la rédemption accordée par les prêtres et de la force de leur foi.
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres sont avant tout des barbares, des guerrier ou des pillards qui se sont retirés des batailles.
Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaires du clergé mais ils peuvent lancer des malédictions, pratiquent la divination et la magie liée à la nature.
Châtiment pour les apostats : Un apostat est banni de sa tribu.

Suggestion d'interprétation :
Le panthéons nordique : L'état d'esprit et la racine de l'inspiration d'Howard se trouve sans aucun doute dans le panthéon nordique tel que nous pouvons le connaître dans le monde réel. Cependant, il est exclus de réinjecter les dieux nordiques en l'état puisque le mythe de la création de ce dernier diffère grandement. Nénamoins, c'est une inspiration très riche qui peut être d'une grande aide en complément de certains détails qui n'auraient pas été exprimé par l'auteur. On peut partir du principe que les mythe au sujet des Ases et des Vanes sont pour une bonne part dans les choix de l'auteur et donc, en déduire une quantité de subtilités en extrapolant un peu. De même il est opportun de considérer les géant du givre liés à Ymir comme une itération des Jöthun repiquée par Howard.
Aussi, le culte tel qu'il est décrit pour les Aesirs semble se rapprocher du rapport qu'avaient les nordiques avec leurs propres dieux.

La piste Lovecraft :
Ittaqua et les Gnoph-Keh

Ittaqua est connu pour avoir plusieurs manifestations cependant il en est une en particulier qui rappelle sans l'ombre d'un doute l'image que les Nordheimir ont d'Ymir ! Un humanoïde géant et velu avec une tête au bois de cerfs gigantesques et des yeux brillants ! Il souffle des nuages de vapeur et de brouillard et la neige tourbillonne autour de lui formant d'étranges motifs. Son pas lourd s'entend par les nuits très froides et il laisse les traces de sa foulée grande de plus d'un kilomètre dans la neige ! Si on suit cette piste les traces s'arrêtent brusquement après qu'Ittaqua ait rejoint les cieux glacés.
Il est réputé pour demeurer dans les royaumes arctiques et arpenter les étendues gelées. Une légende dit que les voyageurs égarés dans les neige disparaissent et qu'il les emporte dans la brume.
Marche avec la Mort est un avatar d'Ittaqua  qui se manifeste sous la forme d'une violente tempête au milieu de laquelle appairait son terrible visage hurlant de rage. Elle emporte tout sur son passage.
La Chose des Neiges est un avatar d'Ittaqua qui apparaît comme un nuage de neige aux mouvement intelligent pourvu de ce même regard incandescent. Être à proximité de cette manifestation provoque des engelures mortelles.

Les Gnoph-Keh sont des être mythiques géants au services d'Ittaqua. On les dits peu nombreux et ils demeurent dans les glaciers, les calottes polaire où les régions de grands froids. Lors d'hiver particulièrement rudes on peut les voir s'aventurer plus bas dans les terres. Leur pouvoirs sont essentiellement lié au froid et à la neige à l'instar de leur patronage. Ils dégagent un froid intense et peuvent en appeler au blizzard. Se pourrait-il que se soient là les fameux géant du froid dont parlait Howard ?
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Fév - 20:03
Zath et le panthéon Zamoréen

Il y a plusieurs sortes de religions disponibles à Shadizar (et dans le reste de la Zamora). Du mysticisme élevé au tribalisme en passant par les religions de la nature, les religions prophétiques, révélées, sacramentelle ect. Elles trouvent toutes leur place ! Beaucoup d'entre elles tournent autour du même panthéon des dieux et sont simplement des chemins alternatifs discutés et débattus entre les prêtres et les hommes saints. Il existe tout un éventail complexe de divinités adorées par les Zamoréens qui peut sembler au mieux déconcertant ; au pire, incompréhensible pour les étrangers. La religion est considérée comme le summum de la civilisation et du raffinement par les Zamoréens et est embrassée avec ferveur comme un facteur d'élévation spirituelle qui les dresse loin au-dessus de la sauvagerie primaire !

Une religion de pouvoir :

Citation :
«
Il entra dans la partie de la cité réservée aux temples. De chaque côté de lui, scintillaient sous la lumière les piliers de marbres blanc immaculés, les dômes d'or et les arches d'argent, les chapelles de la myriade de dieux étrange de la Zamora. Il ne se troubla pas l'esprit à leur sujet, il savait que la religion de Zamora, comme toute chose civilisées établies par les gens depuis longtemps, était complexes et avaient perdu la plus grande partie de leur essence dans le labyrinthe des formules et des rituels. Il resta accroupi durant des heures dans la cour des philosophes, à écouter les arguments des théologiens et des enseignants et repartit dans une brume de confusion, sûr d'une seule chose, qu'ils avait tous du recevoir un choc à la tête. »
Robert E. Howard,The Tower of the Elephant

La religion est aussi un facteur très important d'un point de vu économique et la croyance dans une multiplicité de dieux et leurs prêtres est centrale. Comme le mariage, la plupart des Zamoréens considèrent la religion comme un outil économique et non un outil spirituel. La plupart des religion abordées par les Zamoréens seraient qualifiées de choquantes par des servants de Mitra sincères. La religion en Zamora embrasse le vice à un degrés alarmant, soutenant le regard juge et vengeur du dieu de la pureté... La plupart de ses croyances idéalisent l'acte sexuel obscène ou animal et son usage comme symbole d'un retour à la pureté. La plupart de ces croyances condamne l'aspect sentimental de l'usage du sexe et plus encore l'idée d'un amour romantique dans la pratique de cet acte, ces deux idées allant à l'encontre de l'apport économique indubitable de la valeur su mariage, de la virginité ou de la sexualité en général.

Basiquement, si tous les Zamoréens son capable de concevoir ces valeurs économiques sans mal, l'idée de la valeur spirituelle des choses semble étrangère et corrompue. La promiscuité désinvolte et insouciante est presque toujours soulignée par des attitudes sentimentales démesurées sur la pureté et la sexualité. Deux grands festivals sont célébrés à travers toute la Zamora dans ses temples : Le festival du Printemps et le festival de tous les Dieux.

Les temples en Zamora sont des édifices étranges et merveilleux. La plupart du temps ils sont battis dans des quartiers réservés aux temples bien que ce ne soit pas systématiquement le cas. Il scintillent dans la lumière à en être parfois aveuglants ! Ils sont faits de marbre blanc ornés de coupoles d'or ou marquetés d'argent. Ces dispositions révèlent aussi une place sociale et économique de premier plan concernant la caste des prêtres et le pouvoir dont ils disposent dans la société.

De manière générale les étrangers trouvent le panthéon Zamoréen complexe et difficile à comprendre. Philosophes, prêtres et théologiens tiennent de long débats au sujet de la réalité, du cosmos, de la vie après la mort, de la vérité, des dieux et même de la nature de l'hérésie. La religion en Zamora est compliquée et inextricable, habitées par une myriade de rituels bizarre masquant, amplifiant ou singeant les croyances Zhemri véritables. Du point de vue des étrangers c'est aussi une religion oppressante qui se traduit par la volonté des prêtres à maintenir constamment de leur mains mise sur la société et une obéissance absolue de la part de leur fidèles !

Les sombres prêtres et les sorciers sont abondant en Zamora et la plupart ont des pratiques diaboliques comme les rituels meurtrier ou les sacrifices humains. Les actes déviants et obscènes mènes les rites et les rituel de divination passent fréquemment part le contact avec les fantômes, les esprit et même les démons.
Les prêtres sont renommés dans les arcanes de l'hypnose et leur mesmérisme est utilisé pour assurer la loyauté sans failles et la dévotion absolue de leurs fidèles. En théorie il bénéficie de tous les avantages des prêtres vis à vis de leur religion, excepté qu'eux aussi paie une dîme au temple mais ils profitent de quelques avantages supplémentaires. En pratique, il use, parfois avec un abus sans gène, de leur position en politique et de leur influence et s’octroient quelques autres « bénéfices » plus concrets. Ils sont éligibles au mariage pour de nombreuses familles notables et cela augmente aussi considérablement leur propre rang.

S'il sont connus pour être parmi les imposteurs et mystificateurs les plus mesquins, il le sont aussi en tant que les plus éminents théologiens du monde (Kithaï et Stygie exceptés )! Tous les novices sont instruit et ne peuvent être ordonnés prêtres qu'après avoir atteint un certain degrés de connaissance sur le monde et la religion. Après quoi, les prêtres commencent à avoir accès à certaines formes plus puissantes de sorcellerie très orientée.

Comme beaucoup de religions, ils ont aussi leurs cultes hérétiques qui varie du dogme principal  sur des points mineur ou parfois, sur des concept fondamentaux. Beaucoup de débats ont lieu à ces sujets et sont les point névralgique de mésentente ou de désaccords sur les théorie théologiques. Cela donne naissance parfois à de véritables conflits. De temps en temps, ces désaccords se résolve dans un combat direct. Le roi de Zamora garde un œil attentif sur la religion et son influence sur les masse ; il entreprendra n'importe quelle action ou absence d'action afin d’en maintenir le pouvoir !

Une pléthore de cultes :
Beaucoup de Temple à Shadizar en se contente pas d'honorer un seul dieu mais évoquent tous le panthéon Zhemri. Même s'il existe des cultes dévolus à une entité unique comme le Dieu de la Nuit ( créé par Roy Thomas) ou celui du Dieu Araignée, on trouve rarement des cas de fanatisme. D'ailleurs, la plupart des Zamoréen sont en désaccord au sujet de la position majeure ou mineure de leurs divinités les unes par rapport aux autres.

Quelques dieux étrangers sont acceptés comme étant d'authentique divinités Zamoréennes dérivant des anciennes croyances et mythes Zhemri. Cependant, Bel est une exception notable, il est le patron de Arenjun, aussi appelé Cité des Voleurs. Différentes villes de Zamora ont des patronage divins qui sont des aspects à part entière de la cité.

Les cultes des dieux :
Yezud et son infâme dieu araignée sont l'exemple le plus flagrant de ces patronages. L'importance de la religion se voit par l’opulence et la grandeur des temples, la nature complexes des croyances, la domination des prêtres et la myriades de dieux étranges sont autant de facettes des temples de Shadizar.
Les prêtres de Zath sont tous formé à la magie de l'Hypnose et de la domination et exercent un contrôle absolu sur leur disciples et leurs ouailles.

Citation :
«
Depuis des millénaires indicibles, O Azoth, notre rivière de sang t'a accompagné dans ton rêver sombre. Maintenant, comme décrété par le livre relié de fer de Skelos, la fille de ton grand prêtre se tient enfin nue devant toi afin de restaurer à sa place légitime ce qui a été arraché à ton front : ta Corne d'Or! »
Gerry Conway et Roy Thomas, La Corne d'Azoth

Religions mystiques:
Les expériences mystiques sont au cœur de ce type de religion. Afin de comprendre le divin et devenir dévot il faut avoir une expérience mystique de quelque sorte que se soit. La vie, la société et même les autres croyants n'ont aucun intérêt. Le divin est vécu directement et individuellement. Habituellement, ces religions ne vont pas au-delà d'une personne seule mais parfois il se pose un charismatique et puissant individu qui construit une structure sociale construit autour de la réalisation de cette expérience. Ces religions meurent généralement avec le gourou charismatique à moins qu'une nouvelle autorité prenne rapidement le relais. Elles ont pour rituels les sacrements et traditions qui sont utilisés pour aider les débutants et les guider dans la voie de l'expérience divine, mais sont finalement conçus comme des béquilles dont on doit finir par se débarrasser. Le problème de ces cultes est la forme imprévisible qu'ils prennent. N'importe qui peut avoir n'importe quelle sorte d'expérience et repartir avec pratiquement n'importe quel message, inspiration,  ou enseignement, même si cela contredit les enseignements de l'autorité actuelle. Ces alternatives génèrent leurs propres voies, créant une scission dans la religion ou même l'hostilité. Consommation de drogues, masochisme ou même orgasme sont autant de méthodes possible pour accéder à la révélation.

Les cultes sexuels :
Souvent, il s'agit de cultes livrés à la fertilité mais dévolues à l'exploration de la sexualité en tant qu'expérience religieuse. Dans beaucoup de ses cultes, les femmes se consacrent aux dieux par un acte de défloration rituel. Plusieurs de ces religion sont fondé sur l'idée d'une déesse vierge protectrice de la naissance. Très souvent, ces cultes sont l'occasion de dépravations sexuelles débridées et excessives ! En général les rites prennent la forme d'orgie publique ou de façon plus discrète de visite courante à des temples de prostitution. Beaucoup de cultes sont basé sur le concept d'une sexualité libre et sur l'échange de partenaire sans discrimination.
Les cultes sexuels prétendent de manière claire que le refus ou l'incapacité à partager l'acte avec un autre fidèle relève d'un manque de spiritualité et un égoïsme caractérisé ! Certains de ces cultes interdisent l'inceste, d'autres l'encouragent. Certains insiste sur le fait que se prostituer, au moins un temps, est un devoir sacré, quelque soit le rang sacerdotal. Ainsi les plus basses couches de la société, coutoient les plus hautes sans stigmatisation ou honte lors de bacchanales sensuelles. Les cultes de fertilité semblent moins débauchés que d'autres et les prêtres et prêtresses préfèrent aux orgie bacchanales des jours saints où on célèbre la fertilité de la terre et du peuple. Certains condamnent d'ailleurs l'usage du temple de prostitution et coïncidèrent ces rites comme dédié à une déesse étrangère (Ishtar?) et une hérésie.
Beaucoup de ces religions à Shadizar ont des cultes sexuels considérés comme des branches mineures ou auxiliaire de la religion principale.

Cultes de la nature:
Parmi la première sorte de religion développé par les hommes, les religions de la nature présentent les dieux et pouvoirs surnaturels tels que révélés par le naturel des choses. Les divinités peuvent être métaphoriques ou littérales. La nature dans son ensemble est souvent considérée comme sacrée : tout en l'univers est connecté par un réseau complexe d'énergie. Ces religions sont presque toujours polythéistes. Elles reposent rarement sur des écrits sacrés, des prophètes individuels ou des figures religieuses en tant que guide. Les chamans agissent comme guide religieux pour servir la communauté, mais tout croyant est considéré comme capable de connaître la divinité et le surnaturel. Les événements religieux ont lieu publiquement et peu d'érection permanente bâtiments sacrés sont constatés, préférant laisser la nature intacte autant que possible. La plupart de ces religions ont  un «côté sombre» incliné vers la maîtrise de la nature Malheureusement les Zamoriens ont tendance à embrasser les aspects les plus sombres de ces types de religions. Le contrôle et la domination des autres est une seconde nature pour l'esprit d'un Zamoréen.

Cultes prophétiques:
Le prophète ici est le facteur dominant. Les prophètes guident et avertissent la société, jouer un rôle continu et dynamique, ils ont reçu la révélation et transmettent un message. Les oracles jouent un grand rôle dans les religions prophétiques. Les prophètes n'interprètent pas d'autorité des révélations passées; à la place, les prophètes reçoivent des révélations nouvelles et tournée vers l'avenir. Le passé n'est pas important. La nouvelle information reçue remplace le passé comme étant plus pertinente. L'accent est mis sur la société et l'action en tant que manifestations de la volonté et présence divine. La nature de la société est un présage de la volonté divine elle aussi. Si de bonnes choses arrivent, les dieux sont heureux mais si de mauvais événements sont en cours, la colère divine est évidente... et le prophète révélera ce que les dieux veulent de l'homme pour réparer la société. L'obéissance à la volonté divine est obligatoire dans ces religions pour éviter la colère des dieux et leur châtiment. Un comportement correct est beaucoup plus important que la croyance juste.

Religions révélées:
Une religion révélée a un ensemble de révélations, généralement données à l'humanité par un dieu ou des dieux, comme son centre symbolique. La loi est communiquée aux croyants sous la forme d'écritures sacrées, prophètes ou par des miracles. Ces choses transmettent la volonté ou les désirs du dieu ou des dieux. Les religions révélées enseignent que leur dieu ou dieux sont actifs et réels. Ils ont une structure hiérarchique et des autorités religieuses. Les prêtres sont considérés comme des intermédiaires entre l'humain et le divin. Ils servent habituellement comme un interprète autoritaire des révélations déjà données, mais certaines variations prophétiques de ce type permettent au prêtre de servir de conduit pour des révélations future. Le primaire le devoir du croyant est d'avoir une dévotion loyale et de pratiquer les rites avec une obéissance servile aux dieux et / ou prêtres de la religion.

Religions sacramentelles:
Une religion sacramentelle souligne le divin est présent d'une certaine manière dans les objets physiques et dans les rituels chargés de mystère du temple. Le contact et la communication avec le divin est recherchée à travers ces objets et ces rites. Ces rites et objets servent à impressionner les croyants sur leurs obligations. Statues, la nourriture, les animaux et les meubles peuvent tous être une manifestation du divin ou une demeure temporaire pour ce dernier. Les objets sont une source d'inspiration et de confort, pas une sorte de golem à venir à la vie si l'on prie assez fort, bien qu'un sorcier puisse tromper son ses adeptes s'il sait animer la statue. Une religion sacramentelle peut considérer une statue d'un dieu comme un lieu d'habitation du pouvoir divin, mais il ne sera pas être adoré comme un dieu lui-même. Ces objets sont sacrés, surtout s'ils portent des substances sacrées et sont traités avec révérence. Les prêtres peuvent être considérés comme les gardiens du sacré et administrent les rituels secrets les plus intimes. Sacrements et rituels renforcent le pouvoir des autorités religieuses. Les prostituées sacrées sont souvent sacramentelles, car leurs corps deviennent des hôtes vivants du divin quand ils jouent de leurs arts érotiques. Beaucoup des cultes sexuels s'inscrivent dans cette dynamique.

Les cultes à mystères:
Ce sont des religions révélées qui imposent un parcours et des sacrement. Leurs membres pensent qu'au fil des rites exécutés ils acquerront des savoirs indisponibles par d'autres voies pour un individu « normal ». Beaucoup sont dirigé par des sorciers ou des démons. Certain assurent qu'ils sont morts et ressuscités en tant que dieu eux-même. Ces cultes offrent les secrets de vérité perdu ou de savoirs anciens. Par exemple, ils enseignent le noms des races extraterrestres venant de planètes lointaines et oubliées qui ont visité la Terre dans le passé. Ils pratiquent des rituels de possession démoniaque, ou usent de kidnapping pour se faire. Selon les croyances l'humanité a été précédée par une race de créatures végétale ; la possession par les esprits est bonne car elle révèle la puissance de l'esprit du sorcier et libère le potentiel psychique. Certaines de ces sectes pratiquent les cultes sexuels dans leurs aspects les plus sombres : des orgies étranges, dans le noir servent d'invocation et d'appel aux démons des Ténèbres extérieures afin qu'ils « dansent » avec les fidèles !

Cultes tribaux :
Une religion tribale est unique parce que on ne peut pas vraiment la rejoindre. Les religions tribales ne cherchent pas convertir ou diffuser leur message. C'est une religion qui a quelque chose à dire à ses membres mais n'attend pas quelqu'un d'autre  se soucie de ce message. Un membre est né dans la religion et ceux qui ne sont pas nés dans la tribu sont simplement traités comme s'ils ne le comprendraient jamais. Ainsi, aucune tentative n'est faite pour l'enseigner aux autres. Les prêtres de ces religions sont essentiellement des interprètes, censés analyser les traditions de la religion et montrer aux gens d'aujourd'hui comment il devrait être appliqué à de nouvelles situations. Ils interprètent également les présages et les signes, à la recherche d'approbation ou désapprobation du monde des esprits.

Azoth le Rêveur :
Azoth, le dieu rêveur, est plus un démon qu'un dieu, bien que ses moines ne le voient pas ainsi. C'est un gardien des morts dans le panthéon Zhemri, alimenté par un flux régulier des sacrifices. Ses moines en robe blanche nourrissent les pauvres et enterrent les morts en son honneur. Ils savent, même s'il rêve et est enchaîné, il surveille toujours son peuple. Il est aussi dieu de la douleur et de la haine, un dieu du jugement. Il est appelé « L'Ennemi de Mitra, Ibis et Ishtar », c'est un souverain juste et éternel sur tous peuples. Certains cultes rivaux croient que son règne marquera la fin de la domination de l'homme sur la Terre.
Ses moines sont appelés «frères» et s'habillent de robes blanches. Les prêtres et les prêtresses portent des parures dorées sur leurs robes et capes. Beaucoup portent des calottes d'or. Les moines et les prêtres tiennent une position plus élevée que les prêtresses, qui servent comme maîtres alchimistes ou herboristes. Les prêtresses sont principalement en charge de la drogue sacrificielle données aux victimes et portent des fils et des filles pour les prêtres.
La majorité de l'ordre est né dedans la religion et ne fait que très peu, voire aucun, recrutement. Les dévots paient un tribu en cadavre une fois l'an  s'adonnent à des sacrifices humains sanglants !
Azoth, est une chose démoniaque de l'éternité sombre avant l'homme qui se leva quand les dieux marchaient encore sur la terre, en guerre avec les esprits de la lumière. Après que sa corne d'or ait été arrachée de son front, il a été emprisonné dans une imposante montagne. Azoth a voulu s'échapper et a ravagé les terres et les peuples qui ont prospéré pendant sa stagnation de son emprisonnement. Son esprit, capable de contacter celui de ses fidèles via leurs rêves, lui permet de conclure des pactes et d'enseigner à certains d’entre eux la sorcellerie alors qu'il tente de gagner sa liberté.
Le livre de Skelos décrète qu'un jour la corne sera retournée au dieu et qu'il se lèvera de sa prison. Malheureusement, la corne ne peut être attaché que lors d' un certain rituel durant une nuit précise une fois tous les mille ans lors d'un alignement stellaire. La connaissance de cet alignement est jalousement gardée par les prêtres d'Ibis. Le dieu rêveur est adoré à son temple- labyrinthe le mont Azoth, une grande flèche de roche qui peut être vu depuis Shadizar. Se profilant du côté du mont Azoth : une statue grotesque, considérée comme la forme de sommeil de leur dieu. A la base de cette montagne il y a un long escalier menant au Labyrinthe d'Azoth. Ce labyrinthe possède une entrée par une passerelle hideuse sculptée sous la forme d'hommes hurlants dans la douleur. L'intérieur est parsemé de pièges et d'énigmes.

Bel, Dieu des Voleurs
Les Zamoriens ne vénèrent pas seulement les dieux du panthéon Zhemri oublié. Ils savent reconnaître une bonne chose quand la voient et, comme c'est une race de voleurs notoire, il va s'en dire qu'ils ont vu l’intérêt immédiat de ce dieu d'importation qu'est Bel. Bel, a lui-même été volé au Shem, est se retrouve de façon appropriée à être le dieu des voleurs dans le panthéon Zamorien. Il est décrit comme à la fois vigoureux et intelligent, comme il sied à un dieu des voleurs. Il est parfois représenté comme un aigle portant un éclair foudroyé, comme s'il laissait deviner qu'il pouvait voler même les pouvoirs traditionnels des autres dieux. Parfois est décrit comme un éléphant à six bras. Il a aussi été montré sous la forme d'un homme trapu avec un visage souriant, ou d'un homme plus mince avec un masque noir.
Son culte n'est généralement pas effectué comme un rituel formel.La plupart des maisons closes et des tavernes tiennent des sanctuaires secrets à Bel et il est vénéré avec des enjeux élevés, des orgies frénétiques, de grands contes et des fêtes voraces. Les adorateurs de Bel comprennent des ravisseurs, des monte-en-l'air, les mendiants et quiconque désire un gain immérité via des efforts ombragés. Sa foi minimise tout concept de droits de l'homme généraux et met l'accent sur l'hédonisme égoïste des désirs. L'objectif de la religion de Bel est l'acquisition de la richesse et du pouvoir, qui sont considérés comme des buts élevés et agréables. Les prêtres de Bel ont tendance à offrir un sens de la communauté et une reconnaissance aux masses déshéritées et désenchantées. Leurs enseignements se concentrent également sur la fierté et l'exercice de ses compétences pour accéder à la richesse et à la puissance. Travailler pour d'autres est une honte. On devrait travailler pour soi-même. La fierté vient de l'acquisition habile de la richesse.

Le contentement et la conformité sont les maux de cette religion. Elle enseigne à l'homme de métier à respecter ceux qui prouvent d'une compétence supérieure. S'il y a plusieurs voleurs de factions différente dans une zone donnée, le temple de Bel est toujours neutre. Les hostilités entre différentes factions ne sont pas tolérées. Bel ne se soucie pas de la politique ou des lignes de démarcation artificielles. Si quelqu'un est compétent, il peut et doit prendre ce qu'il veut. Si l'on ne veut pas se voir déposséder, alors on doit être plus rusé que ceux qui les veulent. Cela doit être respecté. La haine et l'hostilité envers ceux qui sont plus qualifiés n'est pas respectueux. Bel n'est pas intéressé par les sacrifices humains et attend plutôt la richesse. Les prêtres érudits se concentrent sur les contre-sorts et les divinations, car ces magies aident à l'acquisition de la richesse. Il n'y a pas d'altruisme dans cette foi. La charité est pour les imbéciles. Les mendiants qui adorent Bel ne croient pas qu'ils sont des cas de charité. Ils sont assez habiles à utiliser la pitié pour faire avancer leur richesse sans avoir à prendre un métier. Voleurs et mendiants ne réclament pas la charité mais extorquent aux prédateurs de Shadizar de l'argent.

Morath-Aminee, le Dévoreur des Âmes
Morath-Aminee est un seigneur démon lié dans une caverne oubliée sans nom sous Pionion la maudite. Il est dit qu'il se rebella à une époque où les dieux marchaient sur la terre. Il fut libéré par un sorcier nommé Amanar. Amanar fut consommé par Morath-Aminee. Le démongode récupéra seul de ses propres blessures et lentement construit sa propre religion pour assurer un approvisionnement régulier d'âmes. Morath-Aminee est un démon mais est souvent vénéré comme un dieu. Il a une grosse tête dorée à forme de serpent d'un serpent entourés d'une douzaine de tentacules plus long qu'un homme. Il a une langue fourchue, de longs crocs et ses yeux sont décrits comme avides, rempli des flammes de tous les fours qui ont existé. Le dieu-démon consume les âmes pendant les sacrifices où la victime est saignée à blanc. Enfin, le prêtre coupe le cœur du sacrifié à la dernière seconde de vie.
Ses prêtres sont souvent des nécromanciens puissants mais les apostat sont traité avec cruauté : écorchés vifs ou bouilli dans l'huile.
[la piste Lovecraft : il est possible que cette divinité soit celle des terres oniriques appelée Bokrug]

Le Dieu de la Nuit Sans Nom :
Appelé Le Sombre, le dieu nocturne de Shadizar, oublié par le temps, il prend une fois par mois la forme d'une chauve-souris géante. Il est un ennemi de la lumière ainsi qu'une incarnation des mauvais esprits. Créature hybride, à demi chauve-souris et oiseaux, le Dieu de la Nuit est un agent de transformation, soit par surnaturel ou spirituel. Dans cette religion imagine que le Dieu de la nuit serait le dévoreur du Soleil. La demeure céleste du dieu de la nuit est une interminable félicité d'ombre éternelle. Sa doctrine est basée sur le lien de la communauté et l'affection familiale parce que les chauves-souris sont étroitement liées les unes aux autres. Ses partisans ont tendance à chercher de façon excessive la santé, la richesse durement gagnée, la longévité méritée et une mort facile, qui sont tous considérés comme des moyens d'échapper à la vallée de tristesse de l'existence laïque.
Cette religion est l'une des sectes les plus redoutées à Shadizar. La religion elle-même est dirigée par des toxicomanes philosophes, prêtres en robes rouges et capuchons et une femme prêtresse qui domine tout. Les prêtres ornés de rouge sont connus comme gardiens de la flamme et de la foi. Ils n'ont jamais vu leur dieu, car il vient dans couverture de l'obscurité pour voler ses sacrifices.
Puisque les chauves-souris peuvent naviguer dans l'obscurité, elles sont réputés être des symboles de vigilance. En tant que représentants d'une créature si vigilante, les serviteurs du Dieu de la Nuit  sont des personnes qui savent écouter et dont les sens sont en alerte. Le temple de la nuit Dieu est une grande flèche à Bejeweled pourvue d'un minaret ouvert calotté d'or.
Une fois par mois, à la nouvelle lune, les prêtres en robe rouge se rassemblent au sommet du minaret et une jeune fille disparaît des rues, emmenée pour être sacrifié au dieu sombre et sinistre. La grande prêtresse récite une incantation, puis une une cloche singulière retentit. Cette cloche appelle le dieu de la nuit des cavernes sans soleil où il habite. La cloche provoque aussi douleur dans l'esprit de tous les non-croyants qui sont au sommet du minaret. Le brasero unique éclairé est coiffé et la chambre est plongée dans la noirceur abyssale. Un son semblable au clapotis des vagues sur un rivage est tout ce qui On peut entendre parler de l'approche du Dieu de la nuit. La chauve-souris vole dans le minaret ouvert et emporte son sacrifice, loin avec elle. Avec ce sacrifice, la ville est protégée danger pour un autre mois. Ceux qui sont pris par les prêtres en robe rouge du dieu de la nuit sont généralement considérés comme morts. L'enlèvement est simplement considéré comme un petit prix à payer pour la paix avec un démon-dieu aussi sinistre. Les prêtres apostat sont livré au Dieu de la Nuit.

Le Dieu de la nuit originel de Shadizar a été tué par Conan le Cimmérien dans sa jeunesse. La prêtresse Hajii était tué par Jenna, compagnon de Conan à ce moment-là. Le culte s'est effondré mais dix ans plus tard, la religion refait surface à Shadizar. La religion était restauré par un autre prêtre, le père de la prêtresse tuée par Conan, qui a invoqué encore un autre chauve-souris des golfes extérieurs. Maintenant une horde des chauves-démons, des métis nés du démon originel et les femmes humaines, servent le culte comme des dieux et les déesses.
[la piste Lovecraft : il est tout à fait probable que ce dieu soit l'avatar de Nyarlathotep appelé Celui qui Hante les Ténèbres]

Omm, l’Innommable :
Omm, un des dieux araignées de Zamora, est une araignée géante. Sa religion traite l'araignée Omm comme une représentation vivante d'un dieu moqueur, le tisserand de la toile des illusions. On l'appelle le Grand Tisserand. C'est aussi le Créateur, qui fait tourner les fils des vies. La religion de Zath considère Omm comme un culte hérétique conçu uniquement pour promouvoir les péchés des prêtres. Les prêtres d'Omm se battent contre leur détracteurs en kidnappant parfois des Zathites et en les sacrifiant à Omm.
Les temples sombres d'Omm l’Innommable sont habités par une araignée géante de proportions obscènes comme preuve vivante de l'existence de leur dieu. Le temple dédié à Omm à Shadizar est allé encore plus loin. Son haut prêtre a convoqué un démon qui prend la forme d'araignée. Le démon-araignée savoure sa mascarade comme Omm, en appréciant les âmes libres et le sang qui lui sont donnés en offrande.
Ses grands prêtres, lors des cérémonies, s'habillent de noir, robes à capuchon, vêtements et une ceinture de perles noires qui retient un sombre poignard sacrificiel. Les prêtres d'Omm se concentrent sur leurs compétences en matière d'intimidation et ne se soucient pas que la population craigne Omm, bien au contraire !

Ong, le Dieu de la Douleur et de l'Expiation
Un autre dieu à Zamora est le dieu de la douleur à tête de lion, Ong. Dans la mythologie Zamorienne, Ong est le dieu de l'expiation qui offre la possibilité du salut en échange d'une punition appropriée. La plupart des Zamoriens visiter le temple d'Ong s'ils sentent qu'ils ont fait quelque chose d'horrible ou s'ils ont été chassés de la société pour un tort. Prêtres déloyaux et les femmes tombées visitent souvent les temples d'Ong pour atteindre l'expiation et le pardon. Ceux qui s'y trouvent aiment infliger de la douleur, soit à eux-mêmes ou à d'autres, et sont attirés pour prendre le manteau d'un Inquisiteur d'Ong, ou le titre de ses prêtres.
Ong est adoré en acceptant diverses méthodes de douleur et la servitude. Les prêtres d'Ong sont en contact avec le spirituel, la valeur physique et émotionnelle de la douleur et de la torture. Les prêtres d'Ong sont connus comme inquisiteurs et le grand prêtre est connu comme le Grand Inquisiteur. Son centre de culte est dans une ville du même nom dans le nord de Zamora où les cris du pénitent rivalisent avec la prédication nauséeuse des prêtres débattant sur la place publique.
La douleur est une partie essentielle de la réalité car elle représente l'âme torturée de l'humanité ainsi que le ravissement de la vie. Exquise ; la douleur et la passion insupportable rapproche l'adorateur d'Ong de l'union avec le divin. L'humiliation, la honte, la souffrance et la soumission sont partie intégrante du culte pour les adeptes d'Ong. L'image d'être soumis à la volonté des dieux suivis d'une résurrection spirituelle est un rituel de transcendance pour les congrégations d'Ong. Les inquisiteurs se fouettent l'un l'autre et tous les jours. Ils mettent des épines dans leurs gants et leurs chaussures pour faire perdurer la douleur et transformation transcendantale. Beaucoup cousent des épines dans leurs vêtements ou portent. Piercings et tatouages monnaie courante. Le vrai dévot peut même porter des cilice dans leur chair, se flageller avec des chaînes et des crochets au lieu de cravaches en cuir souple. Les inquisiteurs commandent régulièrement à leurs acolytes de se fouetter à nu dos. Les inquisiteurs flagellent également les membres de leur congrégation pour les aider sur leur chemin vers l'illumination et l'absence de péché, croyant que les extases mystiques et les visions sont envoyé par Ong au travers de la douleur. Ils croient que fouetter et provoquer la douleur ont le pouvoir de sauver une âme des démons et des diables de l'enfer et de l'obscurité extérieure. Humiliation et douleur sont le chemin vers l'élévation et la pureté. Les Inquisiteurs d'Ong enseignent que la douleur réveillera une personne à la conscience et une compréhension supérieures.
Beaucoup resteront assis pendant 14 heures par jour, tous les jours, comme ils sont soumis à des tortures implacables tout en restant immobiles. Beaucoup de Zamoriens sont attirés par cette religion pour la façade extérieure, ils doivent adopter pour vivre avec succès dans les rues sauvages de Shadizar une certaine image ; Leur besoin d'émerveillement mystique connu comme «l'ombre», est décrite par certains philosophes Zamorian comme l'incarnation du côté faible et dégradé de leur psyché. À bien des égards, cette religion est le contraire du style de vie hédoniste et égocentrique menée par la plupart Zamoriens. La foi dans Ong rappelle à ses adeptes de ne pas mettre trop de foi dans leurs propres capacités et compétences. Bien sûr, les Inquisiteurs d'Ong essayent de répandre l'évangile de la douleur aux autres contre leur gré. Ceux qui ne le font pas volontiers ne peuvent connaître la joie de se débarrasser du fardeau et de la limitation de soi, et ils n'ont pas encore vécu l'union sublime avec le divin...

Shan, Demi-dieu de la Guerre
Le demi-dieu Shan vient des temps anciens et son image orne le Bouclier de Shan. On raconte à son sujet de nombreuses légendes. Shan était un guerrier Zhemri qui a combattu les Hyboriens lors qu'ils ils sont venus depuis la Brythunia et ont tenté d'asservir la Zamora. Shan a été retenu comme étant le premier dans chaque bataille et son épée large aurait « dessiné un océan du sang des brythuniens ». Il a été tué par traîtrise, d'une flèche Brythunienne alors qu'il s'était rendu. En récompense de ses actes d'héroïsme sur le champ de bataille, les dieux de Zamora ont pris le puissant guerrier à leurs côtés dans les cieux. Shan a juré d'être pour toujours vigilant et de revenir si les Zamoriens avaient besoin d'aide pour combattre les futurs tyrans étrangers. Étrangement, Shan ressemble un peu à l'idéal Cimmérien.
Shan est considéré comme le général des armées célestes des dieux et figure dans la mythologie comme un grand guerrier. Ses suivants ne se soucient pas de l'odeur de moisi des bibliothèques, ni de la piété élaborée que demandent de nombreux temples. Ses disciples prends ce qu'ils veulent par l'épée et ils méprisent la traîtrise.
Les adeptes de Shan ne croient pas au mensonge ou déguisement. Les façades portées par les autres sont une tromperie. Le temple de Shan enseigne à être fidèle et à présenter le vrai soi aux autres en toute circonstance.Les prêtres de Shan se rasent la tête pour montrer symboliquement qu'ils ne cachent rien. Le temple de Shan est un minaret et dans la tour la plus haute, un gong à invoquer pend. Ses fidèles de Zamora se rassemblent sur la place devant le temple pour les déclarations sacerdotales ou pour le début d'un festin ou d'une fête en l'honneur du demi-dieu.
Pour un prêtre défroqué de Shan rien n'est plus sévère que la critique publique !

Zandru, Seigneur des neuf enfers
Zandru est le seigneur de l'au-delà dans la Mythologie Zamorienne, gardien des mort et des enfers. Il n'est pas adoré séparément, mais dans le cadre général du panthéon Zhemri. Il est juge et travaille en étroite collaboration avec Ong, et il est souvent associé à de lourdes cloches funéraires qui pende dans les temples. Les malédictions communes associées à Zandru incluent 'Les Neuf Enfers de Zandru' et 'les cloches de Zandru ", deux sortilèges puissants. On raconte que le Septième Enfer de Zandru est brillamment éclairé.
Un prêtre qui se détourne du seigneurs des enfers mérite d'être brisé sur la roue et éviscéré.

Zath, Dieu de la Pureté :
Citation :
« 
Je pensais que Zath était un dieu de la pureté. Ces jeunes filles ne me regardent pas comme un prêche pour plus de chasteté.
« Sh, monsieur! Tu ne comprends pas », souffla le garçon, ses yeux brillent d'une ferveur religieuse. C'est une danse sacrée, ancienne et honorable. La vertu de nos danseuses est gardée avec la plus grande vigilance.
 »
L. Sprague de Camp, Conan et le dieu-Araignée


L'un des plus célèbres dieux de Zamora est le Dieu Araignée de Yezud : Zath. Au grand temple de Yezud « dansent des filles devant la gigantesque araignée de pierre noire qui est leur dieu »(Robert E. Howard, Les Gens du Cercle Noir).
Zath est un dieu de la pureté et ses prêtres combattent la dégénérescence. Leur objectif est de purifier Zamora et d'apporter un nouvel âge d'or. L'idole bizarre, hideuse, noire et poilue de pierre polie est gigantesque au milieu de ce temple plus grand que les palais du Turan.
Zath serait une déification des énormes araignées noires qui sont originaires de Zamora, tels que celle  au sommet de la Tour de l’eléphant.
Les rites religieux à Zath sont extrêmement ritualisés et impliquent beaucoup de prêtres et de danseuses nues drapées seulement en noir. Le sanctuaire du temple de Zath a deux portes sur de chaque côté d'un autel. De la porte à gauche marche une procession de prêtres majestueux, une douzaine d'entre eux portent les turbans de soie colorée et brodée, robes de brocart chatoyantes de couleurs. Ils portent des bâtons rituels ornés de pierres précieuses,d'or ou d'argent, selon le rang. En tête vient le haut Prêtre, qui porte des robes blanches et un turban noir. Un des prêtres conduit ensuite la congrégation dans une chanson étrange qui proclame la pureté de Zath. Quatre des prêtres alors passent rituellement à une flamme toujours brûlante conservée dans le temple et effectuent des rites complexes impliquant un calice d'argent, un miroir de bronze, un poignard bijou et une clé d'or, en passant chaque article à travers la fumée de ce feu éternel.
Après ce rituel complexe et largement incompréhensible, les prêtres s'alignent de chaque côté du sanctuaire et les huit danseuses, prisées pour leur vertu et leur souplesse, marchent de façon impressionnante et solennelle à travers la porte droite. Un des prêtres joue de la musique sinistre à grâce à une flûte et les filles commencent une danse lascive qui se termine par une figure au sol chacune, touchant l'une des jambes de la colossale statue du monstrueux Zath ! Main dans la main, les danseuses partent et le grand prêtre s'adresse à la congrégation avec son sermon. Les danseuses reviennent, habillé de manière plus conservatrice dans des robes arc-en-ciel et chantent des hymnes au fur et à mesure que les dons sont recueillis. Ensuite, une autre chanson est chantée par la congrégation et le rituel se termine.
Les gens de Yezud croient que leur statue de Zath est habitée par le dieu-araignée qui peut prendre forme vivante à volonté. Généralement la nuit en présence des prêtres.
Zath est aussi le symbole du chasseur, connu pour sa ruse, ses compétences et son ingéniosité persistante ; c'est un dieu des ténèbres, des araignées et du poison.
Les prêtres de Zath sont des assassins, des fous et des espions qui ne boivent pas d'alcool ni ne forniquent et les laïcs au le service du temple doivent également respecter ces restrictions. Ce qui est le plus précieux et le mieux gardé sont les vierges du temple, qui dansent pour l'araignée-dieu les jours saints.
Il y a des rumeurs au sujet de vastes cavernes sous le temple de Yezud, où résident des centaines d'araignées géantes : les favorites de Zath. Des bovins (et parfois des humains) engraissés par les prêtres de Zath les nourrissent. Le bétail provient de la dîme imposée au des fermes qui entourent Yezud. Il est dit que les prêtres lâcheraient ces araignées sur la campagne si le roi ne leur permettait pas d'accomplir correctement leur culte macabre.

La piste Lovecraft :
Citation :
« Une forme sombre, aussi grande d'un homme accroupi, mais avec des membres semblables à ceux d'une araignée... Il vit qu'il y avait une sorte de visage sur le corps d'ébène, as et protégé par les pattes aux multiples articulations. Le visage se releva avec une expression étrange, mélange de doute et de questionnement et la terreur se rependit dans les veine du chasseur courageux lorsqu'il vit les petits yeux entourés de poils. »
Clark Ashton Smith, The Seven Geases

Le dieu Araignée selon H.P. Lovecraft est sans aucune erreur possible Atlach-Nacha. Ce monstre qui prend la forme d'une araignée géant aux traits vaguement humains vit sous la terre, tissant pour l'éternité une toile fantastique, reliant les bords du faussé colossal qui sépare le monde du rêve de la réalité. Pour cette raison  Atlach-Nacha est associé à la destinée et à la toile de la réalité. Certains érudits débattent de la nature de son ouvrage et se demande si le Gouffre en question, supposément le gouffre de Leng, ne serait pas le même gouffre dans lequel la Foudre du Dieu Yog-Sothoth dans l'Abime.
Les anciens livres disent que lorsque la toile aura relié les deux bord se sera la fin du monde et que les deux mondes se déverseront l'un dans l'autre. Certaines légendes précisent qu'il réside peut être dans les failles de l'Hyperborée.
Atlach-Nacha est sensé diriger toutes les araignée, et certaines superstitions assurent qu'il apportent du pouvoir au sorciers qui le vénèrent ! Ces derniers l'invoquent parfois, l'arrachant à son tissage éternel , mieux vaut alors que le sorcier ait une bonne raison ! Les Enfants d' Atlach-Nacha dans les terres oniriques appelée Araignée de Leng vénèrent Atlach-Nacha.
Par certain aspect on peut l'associé à Omm dans son aspect fataliste et apocalyptique, ou à Zath par la notion de destinée (le symbole de la clé pourrait-elle avoir un rapport avec la clé d'argent de Kaddath?)


Obligations des adorateurs : Le temple exige une dîme relative en fonction du niveaux social et de la fortune des habitants.
Avantages des adorateurs : Les fidèles se voient récompensés par la force de leur foi qui leur octroie la clémence des Dieux (et du clergé). L'accès aux prostituées sacrées. Quelques autres avantages conférés par  par la Corruption.
Obligations des prêtres ordonnés : Les prêtres sont parmi les plus érudits du monde et la formation pour être ordonnée est longue et exigeante. De plus, avant de pouvoir être consacré prêtre, il faut maîtriser la magie d'Hypnose et de contrôle, parfaitement. De plus, les grands prêtres font preuve d’une débauche caractérisée.

Avantages des prêtres ordonnés : Se sont les avantages ordinaires du clergé mais ils peuvent apprendre la sorcellerie, particulièrement la magie visant à la domination mentale et les enchantements. Les plus érudits peuvent accéder à l'enseignement de la mystérieuse magie orientale. De plus, ils sont de grands théologiens, théoriciens de la religions, astronomes/astrologues qui débattent sans cesse de la cosmogonie, de la religion et de sa nature, ainsi que de celle des dieux. Ils ont accès à des textes rares liés aux religions.
Châtiment pour les apostats : Rien de plus grave que l’opprobre, ils sont expulsés du culte et harcelé !
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Fév - 14:30
Jhebbal Sag

Citation :
« 
Comme un murmure au fond de sa conscience s'élevait le vague souvenir du nom d'un ancien dieu des ténèbres et de la peur primordiale, à qui les hommes et les bêtes s'inclinaient et dont les enfants chuchotaient encore dans les coins sombres de le monde. "- Robert E. Howard:" Au-delà de la rivière Noire "


Ce dieu près-cataclysmique est le dieu des ténèbres et de la peur primale. C'est un dieu ancien de la nature qui est encore vénéré par toutes les choses vivantes, aussi bien les animaux que les hommes. Beaucoup l'ont oublié mais ceux qui se souviennent sont considéré comme des frères. Les Pictes qui se rappellent traient les animaux en membre de leur famille et de leur clan. Jhebbal Sag a de nombreux enfants. Aujourd'hui on pense que les seuls humains qui l'adorent encore sont des sauvages, des Pictes et nombre de tribus Kushite et des Royaumes Noirs, bien que quelques érudits puissent être au fait de son existence par le biais de preuves trouvées dans le monde entiers, dans des peintures rupestres ou dans les plus anciens manuscrits. On dit que les animaux n'ont pas oublié Jhebbal Sag et peuvent toujours être contrôlés par ses adeptes. On sait qu'il a deux fils, Gullah et Jhil, mais de toute évidence il eut bien d'autres descendants mâles qui furent autant de dieux mineurs, un pour chaque animal.
Il se manifeste sous des formes animales ou peut envoyer des dieux animaux mineurs comme Jhil ou Jullah ou leurs serviteurs. On raconte des histoires sur des hommes ou des femmes aux yeux brillant comme des charbons ardents !

Gullah :
Le Singe de la Lune, enfant de Jhebbal Sag, dieu malveillant, est un gorille qui vit sur la lune. Ses autels sont noirs et une flamme éternelle brille au dessus d'eux. Pour invoquer Gullah et commencer à détruire son ennemi, le chaman peint des crane blanc et psalmodie au dessus du feu de Gullah. En entamant une transe le chaman peut contacter les esprits et les fantômes. Gullah, en tant que dieu de la lune, sert de gardien au monde des morts. Il reflète les vices de l'humanité, en en singeant l'apparence. Selon la croyance Picte, il serait l'inventeur du temps et possède une aspect fertile en tant que dieu de la lune.
Au Kush il est connu sous le non de Jullah par les Gallahs.

Jhil
Le Corbeau, le dieu menteur et assoiffé de sang. Ses enfants sont les corbeaux et certains esprits démoniaques. Il commande aux esprits des ténèbres et est associé à la mortalité. Jhil apprit aux Pictes comment survivre dans les terres sauvages et comment honorer Jhebbal Sag selon les mythes. Jhil a possède une faim insaisissable de nourriture, de sang et de sexe. Il est le messager du monde des esprits. Doué du don de prophétie il a le pouvoir de révéler aux mortels son message à travers les augures. On lui sacrifie des prisonniers et il les emportent vivant de son autel dans les airs.

Les Pictes vénèrent aussi les dieux anciens qui dorment dans les abysses mais ne sont pas morts. Avec l'aide de sacrifices et de magie noire, peut-être, ses dieux anciens s'éveilleront-ils à nouveaux.

L'animisme des tribus Pictes :
Des milliers d'années à roder dans les fantastiques et sombres foret et les marrais obscures ont créé une sinistre réputation au dieux et au monde spirituel. La religion et la sordide spiritualité infuse dans tout ce qui compose l'existence des Pictes. La chasse et la guerre sont autant d'activités spirituelles. L’érection de cités et la fabrication de vêtement sont aussi des excises spirituels. Des gestuelles mineures accompagnent la plupart des aspects de la vie des tribus. Il n'y a aucune séparation des territoires, de leur direction et de la religion pour les Pictes,  ni aucune division entre la population laïque et le clergé. Aussi les activités religieuses sont un point centrale de la vie quotidienne pour les Pictes. De nombreux festivals et cérémonies menés par les sauvages Pictes se concentrent autour des cycles des récoltes et les saisons de chasses. Ils chantent, dansent et festoient durant ces temps pratiquant quelque sombre cérémonie élaborée et conduites par les chamans, qui maintiennent l'unité et la coopération entre les tribus. Comme toutes les religions les obscures croyances des Pictes leur apportent la force intérieure, un but et une grand sens de l’appartenance. Des rituels diaboliques consacrent les mariages, les naissances, les décès, les récoltes, la chasse, la guerre...

De sombres rites dans les forets obscures et les marrais terrifiants :
Les Pictes sont connus pour leurs rites sanglants visant à satisfaire les dieux et les terribles esprit des ténèbres. Même si toutes les cérémonies ne sont pas aussi horribles et sanglantes qu'il y paraît, beaucoup sont fidèles à cette réputation. Certaines impliquent des sacrifices humains, d'autres des sacrifices d'animaux comme des chien ou des biches.

Citation :
« Qui peut savoir quel dieux sont adorés sous le couvert des ombres de cette forêt barbare, ou quel diable rampe depuis les eaux noires et suintantes des marais ? »
Robert E. Howard, Beyond the Black River

Les festin des âmes
Quant un Pictes meurt les chamans en appellent au Festin des Âmes, un rituel tribal élaboré.  Les rites d'inhumation varient d'une tribu à l'autre mais la plupart du temps, les morts sont enterrés dans des tertres ou des tumulus, à l’intérieur d'un cercueil d'écorce posé sur une plate-forme au-dessus du sol. Chacun dans le village prépare de la nourriture pour la famille du défunt. Le tout est dévoré avec sauvagerie par alors que le village offre des présents au défunt.
Ce rituel est sensé aider l'âme du défunt ) se diriger avec succès vers l'au-delà. Les Pictes différencient l'âme des fantômes et le fantôme du mort erre autour des maisons du village jusqu'à ce que le rituel du festin soit réalisé. Il est renouvelé toute les décades.

Le festin des morts :
Quand un village se déplace vers une nouvelle localisation un rituel est pratiqué à l'endroit de l'ancien village. Les femmes rassemblent les os de tous les Pictes tombés, en retirent tous les restes de chair s'il y a lie et les enveloppent dans des peaux de loutres. Les hommes creusent une fausse commune et les restes pourrissants et squelettes empaquetés y sont jetés. Des présents son échangés et une célébration appelant les fantômes des morts est tenues afin de leur révéler l'emplacement des nouvelles terres de chasse.

Lieux sacrés des sinistres signes et sombres présages :
Le monde est vivant et remplie d'esprit bienveillants ou malveillant, beaucoup sont ceux qui perçoivent leur présence et leurs intrusions  dans le monde des hommes. Nombre de ses esprits existent en grande concentration ou proches du royaume des vivants dans certains lieux spécifiques aux propriétés étranges. Chaque tribu a au moins un lieu saint, sacré pour le village et son chaman. Il est rare que deux tribus partagent le même site sacré et souvent une tribu ne respecte même pas la terre sacrés d'une autre. Ce peut être des endroit d'une incroyable beauté ou d'une bizarrerie sans nom.  Mais tous ces lieux sont imprégnés de pouvoir. Par ailleurs, les Pictes pensent que des monstres aquatique et des démon rodent dans les rivières et les lacs. Les sites funéraire sont aussi considérés comme sol sacré. Si un village s'enflamme, les villageois protégeront les cimetière avant de s'inquiéter de la demeure des vivants. Si les sépultures venaient à être profanées, les fantômes des esprits défunt se retourneraient contre la tribu.

Les Pictes croient dans le pouvoir des rêves et des vision, tous considérés comme des présage de choses à venir ou cachées. Les maladies graves ou les épidémies, sont souvent le résultat de désires et de souhaits contrariés. Souvent, quand un Picte tombe malade, le village essaie de combler les désires de l'individu en interprétant les rêves de la personne malade. S'il rêve d'une fille du village alors le guerrier est autorisé à consommer un rapport charnel avec elle ! S'il a rêvé la chute d'un ennemie une chasse est lancé contre la cible ! Le chaman échoue à trouver dans les rêves la solution et s'il réalise qu'il n'est pas possible de résoudre les choses par ce biais alors l'état du malade sera considéré comme inévitable.

Un pouvoir mystique réside en chaque chose, partout, tout le temps. Pour s'assurer une compréhension juste de l'environnement hostile autour d'eux les Pictes évitent de s'adresser aux esprits mauvais ou de bousculer le pouvoir mystique des choses. Pour communiquer avec ces pouvoirs il y a les chamans !

Les chaman : diable masqué à plumes
Les chamans des clans disposent de terribles pouvoirs magiques/ Il sont l'influence d'un chef de clan sur toute la tribu et sont le centre d'une religion obscure aux rituels plein d'horribles aspect. Les Pictes comprennent le bien et le mal comme une indication de direction et non comme des obligation auprès des esprit malicieux qu'ils rencontrent. Le chaman a la main mise sur ces aspect de leur vie. Ce sont des medium agissant comme des intermédiaires  entre le monde mortel et celui du sombre monde spirituel. Heureusement il passe plus de temps à se battre contre des esprits ou à faire la guerre entre tribu qu'à se rassembler pour déferler sur les royaume hyboriens.
La plupart des sortilèges tiennent des malédictions lancées sans pitié sur des tribu rivales ! La magie des shaman Picte est sombre et sanglante. Leurs autel sont des constructions brutes baignées de sang et nimbés de feu. Accompagnés par le tonnerre des tambours, les chamans dansent près des captifs qui sont des sacrifices aux dieux et aux esprits mauvais ! Le sang rend la magie puissante. Ces cérémonie révèrent la chasse, le cycle des saison et de la vie, la naissance, les rites de passages et les morts. Les chamans Picte sont prudent quant au partage de leur magie cela incluent leur tribu et même leur propre famille. Les apprentis doivent constamment prouver leur loyauté où ils seraient utilisés durant le prochain sacrifices...

Les masques écarlates grimaçants et coiffes à plumes :
Le costume et la pantomime sont partie intégrante du succès du chaman. Il agissent comme des animaux, se déguisent en animaux et parfois même se transforment en animaux ! Il utilise comme objets rituel les plumes, les os ou les peintures de guerre aux pigments colorés pour les cérémonies et les appels aux esprits. Les plumes revêtent une signification mystiques. Les masques sont utilisés pour dissimuler l'humeur du porteur mais servent de focalisateur de pouvoir. La capacité de changer de forme pour affronter les esprits est cruciale pour le chaman ; de façon réelle ou par la conviction de son imitation symbolique il trompes les mauvais esprits qui hantent les Pictes. Les tambours sont une part vitale des rituels, ils sont sacrés et sont les battement du cœur des esprits. Avec une telle emphase dans leur performances, les chamans considèrent que la magie doit être vue et exposée à la tribu : le charisme est un des plus grands talents du chaman ! Ils doivent conserver l'attention de la tribu entière, servent de lien entre les hommes et doivent tenir en respect les esprits du mal !
Le masque représente souvent l'animal totem de la tribu ou un esprit ancien. Lorsqu'il le porte, le chaman devient alors le symbole de l'esprit surnaturel au delà de sa nature d'homme. Il revêt alors aux yeux de la tribu des pouvoir omnipotent. Lorsqu'il créent ces masque les chamans en appelle aux pouvoir obscures des esprit pour habiter les objets !

Si un Pict est soigné d'une maladie par un chaman on lui offre en général un masque ou il en fabrique un lui même. Cela est sensé aider le chaman dans son opération.
Les rêves et l’interprétation des rêves sont aussi importants pour le chaman que les objets rituels. La famille, le clan et les rites de chasse sont au cœur de la religion aussi bien que la société et le chaman voue sa vie entière et son existence à la tribu et à sa santé et sa protection spirituelle !

La montagne des morts et les dieux rudes des Pictes :
Les Pictes croient en un au-delà sombres et sinistre. Après la mort, leur âme entre dans le monde spirituel et hantent la montagne noire des morts. La nuit venue, les fantômes des Pictes sont autorité à marcher parmi les vivants dans leurs anciens villages et peuvent se nourrir de la nourriture laissée pour eux. Les Pictes qui ont trouvé une fin violente sont supposé être terrible dans l'au-delà et il est dit qu'être en contact avec leur corps est dangereux. Généralement, il est dit que le fantôme des Pictes prennent la forme de leur corps physique au moment de la mort, pour l'éternité ! Voilà la raison pour laquelle, les corps des défunts sont souvent mutilés par leurs semblables ce qui entrave les spectre dans l'autre monde.

Selon les Pictes, les esprits sont partout, existante t coexistant avec les hommes et les choses du monde matériel. Ils sont animistes. En priant les esprits ils communient avec le monde qui les entoure mais s'ils leur arrivaient de leur manquer de respect ou de les contrarier. Ils pourraient s'attirer la malédiction des esprits. Cependant, les Pictes ont aussi leur dieux sombres qui règne sur le cosmos.


Obligations des adorateurs : Les adorateurs Aphakis de Jhil paie une dîme à leur temple, Pictes et Kushite pratiquent les sacrifices humains. La totalité de la société picte et kushite est sensé contribué à l'entretient des chaman en leur construisant des « huttes démon-démon » ou en les alimentant du produit de la chasse.
Avantages des adorateurs : Sortilèges
Obligations des prêtres ordonnés : Les chamans doivent connaître la magie de sorcellerie
Avantages des prêtres ordonnés : Les prêtres ont accès à l'apprentissage de la sorcellerie (à l'exception des magie Orientale).
Châtiment pour les apostats : Ils sont capturés vifs et sacrifiés.

La Piste Lovecraft :
Le Grand dieu Pan avatar de Shub-Niggurath :
C'est l'aspect masculin de la déesse. Il représente les forces sauvages et non maîtrisée de la fertilité et de la vie. Tout comme son ascendante Shub-Niggurath, Pan n'est jamais décrit clairement ni sous sa forme véritable. Beaucoup de ceux qui l'ont rencontré sont mort de frayeur ou ont irrémédiablement perdu l'esprit. Cette entité prend  parfois une forme consistante humaine sous l'apparence d'un beau jeune homme séduisant aux cheveux couleur de blés, ou de manière plus classique, celle du satyre ou du faune, musclé, velus avec des pattes de chèvres mais un visage harmonieux d'adolescent.
Il a une place importante dans la mythologie et la religion des premier hommes en tant que dieu de la nature. Ceux qui s'attirent les faveurs de Pan sont touchés par l'abondance et mais ceux qui provoquent sa colère subissent sa colère qui s'exprime dans des tempêtes et des catastrophe naturelles soudaines. Il est connu pour maîtriser les forces de la vie, de la mort, de la nature, de la fertilité, commander aux animaux, commander au climat etc... Il est influant dans les Terres Oniriques.

L'Homme Cornu avatar de Nyartlathotep :
Dans toute l'histoire humaine il y a plusieurs dieux cornus liés à la nature et aux animaux. Cette figure emblématique a des descriptions variées mais une constante demeure : il est souvent représenté sous une forme semi animale cornue. Mais toujours, il est associé aux choses sauvages et sexuelles et dirige toutes sorte de bêtes sauvages !
Les rituels prennent la forme d'orgies et d'excès charnel et il est aussi parfois associé au Rêve. Il commande aux tempêtes, au climat et à la Chasse Sauvage !
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Ven 16 Fév - 19:49
Dagon le dieu du Zembabwei
n.b. : Le Dieu Dagon est directement emprunté à la mythologie de Lovecraft et au panthéon sumérien. Les informations ci-dessous mélangent donc le Mythe de Cthulhu et ceux de l'age hyborien.

Si dans les royaumes noirs il existent de nombreux cultes animistes ou d'autres rendus au dieu Jhebbal Sag, à Apedemak le dieu lion, ou même à Yog en ce qui concerne le Darfar ; Dagon, le vil dieu poisson, est le dieu zembawéen des enfers, de la fertilité et du grain. Il est est vénéré sous la forme d'une idole d'or, et c'est le dieu le plus important du Zembabwei avec son épouse Derketo (ou Derketa selon le pays dont il  est question).
On vénère Dagon au travers d'une représentation, une idole d'or. Les adepte approchent nus de la divinité qui habite la statue et de celle de sa parèdre qu'ils désirent avec concupiscence. Les rites se présente en orgie décadente !
Mais c'est aussi un dieu de la guerre qui aime voir les trophée de ses victoires étalées devant lui, particulièrement, il apprécie qu'on lui rapporte la tête de ses ennemies.

Citation :
« Énorme et laid, il fonçait tel un monstre cauchemardesque vers le monolithe, autour duquel il enroula ses bras gigantesque et écailleux. » H.P. Lovecraft, Dagon

Sous sa forme véritable, il serait grand comme une montagne et vieux de plusieurs millions d'années. Ils règne sur le peuple des Profond (les hommes-poissons). Contrairement à de nombreux dieux qui sont endormis, enfermés ou résidents dans des domaines Extérieurs (l’Espace, la contrée des rêves etc. …)

Obligations des adorateurs : Payer une dîme aux prêtres chaque mois.
Avantages des adorateurs : Sortilèges
Obligations des prêtres ordonnés : Les chamans doivent connaître la sorcellerie et la pratiquer.
Avantages des prêtres ordonnés : Les prêtres ont accès à l'apprentissage de la sorcellerie (à l'exception des magies Orientales et de l'hypnose).
Châtiment pour les apostats : On envoie un démon invoqué après lui ou une malédiction.

La piste Lovecraft :
Mère Hydra est la parèdre de Dagon est représente la face féminine du couple. Par ce trait on peut aisément rapprocher Hydra de Derketo. Elle est celle qui enfante la race des Profond, les Hommes-Poissons et vénérée comme une mère absolue. Ils sont décrits comme étant beaucoup plus actif dans le monde que d'autres dieux, néanmoins, les croiser reste rares ! Ils ont des cultes parmi les homme-poisson, les suppôts hybrides et quelques marins. On dit que la race des profond cherche souvent des tribus humaines avec lesquelles s'hybrider et grossir leur population et le nombre de leur fidèles. En échange de leur femmes, ils donnent souvent à ces tribus de l'or, d'autre richesses de la mer et des sortilèges comme par exemple de commander aux marées ou aux intempéries. Il va s'en dire que les village de pêcheurs qui ont passer des accord avec la race des hommes-poissons bénéficient de butins de pèche généreux !

Cthulhu :

Citation :
« Un monstre à la forme vaguement anthropoïde, mais au visage semblable à celui d'une pieuvre, recouvert de tentacules, un corps écailleux et visiblement caoutchouteux, des griffes démesurés aux pattes avant et arrière et des ailes longues et fines. Cette chose... était bouffie. Elle disparut lentement de ma vue et passer son immensité gélatineuse et verte dans la porte noire... Une montagne qui se déplaçait. »
H.P. Lovecraft, The Call of Cthulhu

La forme corporelle du Grand Cthulhu n'est pas fixe. Il peut la déformer et la modifier à volonté se faisant pousser de nouveaux membres si nécessaire, augmenter la taille de ses ailes pour pouvoir voler ou étirer ses tentacules.
Selon Lovecraft Dagon n'est pas une déité majeure mais est bien vénéré par les profond et les suppôts humains. Selon le Mythe Dagon et Hydra disposent des cultes plus organisés mais Cthulhu leur est supérieur, puisqu'en théorie, Dagon et Hydra vénèrent eux, Cthulhu. Il est vénéré parmi des tribus reculée en lien avec la mer, mais aussi par des peuplade des marais. Ses serviteurs sont les Profonds (les Hommes-Poissons) et les Larves Stellaires.
Son culte, très ancien, est rependu parmi les cultes des Grands Anciens. Une prophétie dit qu'un jour, quand la conjonction sera propice, R'lyeh remontera des flots et ses habitant reprendront vie. Les adeptes du culte devront s'y rendre avec le Disque de R'lyeh -un puissant artefact- et ouvrir la Porte Noire derrière laquelle Cthulhu rêve et attend depuis des milliers d’années. Alors il reviendra sur le monde et se réjouira avec ses fidèle dans le plus total abandon ! Il arrive au dieu de communiquer vers ses fidèles ou de leur imposer son influence par le rêve et sa puissance psychique.

Enfermé et endormi dans la morte R'lyeh, profondément enfoncée sous la surface d'un océan (n.b. :Elle se situerait au Nord Ouest de l'île de Pâques, au large du Chili, donc on peut imaginer qu'elle fut, avant l'age Hyborien, relié au continent de Mü et qui s'en serait détaché lors de la dérive de ce dernier. Nous prendrons donc le parti arbitraire qu'elle se situe donc au large de la mer du sud, à cause des indices laissés par Howard sur les liens infâmes entre les tribus du Zembawei et les hommes-poissons ; et ceux donné par Lovecraft au sujet des peuplades hybrides de Polynésie ). Il vint des étoiles avec les siens pour fonder une grande ville qui serait le point de départ de ses conquêtes sur terre. Lorsque les étoiles changèrent d'alignement, elle coula sous les flot (lors des cataclysmes qui précédèrent l'Acheron ? ) et ses habitants sombrèrent tous dans un sommeil semblable à la mort. Il fut grand prêtre, le plus puissant des siens, et il gouverna les Xothien et les Larves Stellaires. Ils sembles que les habitants de Xoth aient leur propres Monde des Rêves, étrange et horrible qui n'est pas connecté aux Contrées du Rêve. Cette contrée serait, dit-on, la source de tous les cauchemars et gardée par les serviteur Dément du Grand Cthulhu. Il eut trois conjointes : Idh-yaa avec laquelle il donna naissance à d'autres dieux ( Zoth-Ommog, Ghatanothoa, Cthylla et Ythogtha) ; Sk'tai qu'il aurait tué et Kassogtha, avec laquelle il aurait engendré Nctosa et Nctolhu.

Il possède plusieurs noms et plusieurs orthographes en plus des désignations spécifiques de ses avatars :

B'Moth
Il se présente comme une sorte de brouillard luminescent et est principalement vénéré par des peuplade superstitieuses et primitives. Sous cette forme il n'a pas de prise physique sur le monde mais il se manifeste en rêves et dans l'esprit de ses fidèles. Il seraient capable de prendre possession de leur volonté.
Ses prêtres prêchent en général le retour à l'état primitif comme un avènements et espère la destruction des civilisation comme une bénédiction ! Ils croient que leur dieu se relèvera pour restituer au monde son état premier et sauvage. Les adorateurs participent à des orgies sexuelles sauvages qui culminent en acte de violence. Les victimes sont autant de sacrifices offert au dieu en les donnant en pâture aux crocodile ou à des requins ! Ils assistent donc l’œuvre de leur dieu en fanatique, exécutant si nécessaires des actes de terrorisme et de sabotage.

Père de tous les Requins
Selon les « Ecrits de Ponape », le Père de tous les Requins prendrait la forme d'un requin gigantesque. Les Profond connaissent de puissants rituels pour faire appel à lui mais ne le font que dans certaines circonstances, généralement désespérées. Il n'existe aucun rituel permettant de le contrôler ! Ils font appel à lui quand une de leur communauté sous-marine subit une menace catastrophique, espérant qu'il ne s'en prendra pas à ses fidèles... Il a déjà été invoqué pour punir des villes côtières, terrorisant la population, ravageant les ressources marines ou emportant les gens entre ses mâchoires terribles. On raconte qu'il peu avaler un home d'une seule bouchée,  et qu'il peut envoyer par le fond les bateau les plus grands ! La masse de son corps gigantesque projetée en l'air retombe dans les flots créant des vagues capables de faire sombrer la plupart des navires !
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 26 Avr - 15:10
Derketo/Derketa :

Elle est la déesse de séduction, essence de la dépravation et de la sexualité. Derketo est la terre-mère, déesse de la fertilité. La sensualité des techniques exotiques des prêtresse cause une extase extrême jusqu'à provoquer la corruption ! Les prostituées sacrées sont considérées comme une extension du corps de la déesse elle-même. Elles sont des prédateurs sexuels redoutables qui absorbent la vitalité de leurs amants en guise de sacrifices. Les techniques sexuelles exotiques du cultes provoque des plaisirs si intenses qu'ils affligent les pratiquants de Corruption. Les prostituées sacrées sont considérées comme étant des extensions de la déesse elle-même. Ce sont des prédateurs sexuels redoutables qui s'emparent de la virilité de leurs amants à des fins personnelles, en guise de sacrifices ou simplement pour leur propre satisfaction. Derketo se pare d'illusions et de coercition voilée pour copuler avec de jeunes hommes.

Au Shem elle est la tentatrice qui cherche à dérober l'amour et le désir d'Adonis/Pteor au détriment d'Ishtar. Même en comparaison des célébration orgiaque dédiées à Adonis et Ishtar, celles dédiée à Derketo semble bien plus sensuelles encore. Elle est l'essence de la dépravation ! Ses rites sont orgiaques, sensuels et sexuels sensés embrassé la plénitude de la terre. Les prêtresses danseuses de Derketo sont autant des prostituées que des prélats qui voient aussi dans le sexe un moyen simple et habile de maintenir les hommes sous contrôle dans le culte. Certaines rejouent la maestria de son arrangement après le viol de Ashan par El-Lil car elle désire être également déesse du grain et la bière. Elle est la patronne de Nippr.

En Stygie elle s'appelle aussi Anuket de son nom révéré par les Achéronnien et les Rois Géants ! Elle est la Putain de Set, déesse des sables. Luxure passionnée et extase sacrée sont ses domaines et selon la majorité des standard hyborian, son culte est considéré comme obscène. Elle est représentée nue et parée d'une couronne de plumes d'autruche, chevauchant un lion. Elle tient dans ses mains les symbole de l'érotisme et de la féminité : la fleur de lotus et un couple de serpents. Ses symboles hermétiques sacrés sont le lion, l'étoile et  la gazelle. Elle est une des rares déesses à être représentée de face et non de profil à l’instar des standards artistiques stygiens.
Dans les anciens cultes -en tant que Anuket- elle est fille de Satet et première épouse de Khnemu. Au départ Derketo est une déesse shemite intégrée au panthéon de Set en tant que concession de guerre. A l'origine Set avaient deux maîtresses qui ont été rassemblées en une divinité de la vie, du pouvoir sexuel, de la naissance et de la guerre. La ritualie du culte et la considération portée à ses prostituées sacrées est sensiblement la même qu'au Shem. En général les hommes et les femmes la prient pour la virilité et la fertilité. Toutes les jeunes femme dans les grandes cités de Stygie, particulièrement à Luxur où se trouve le plus grand temple de Dekerto, doivent remplir un service auprès des temple pour apprendre la sexualité et la liberté qu'elle confère.

Appelée Derketa au Kush et au Zembawei elle est déesse de mort et reine des morts. On pense cette version mortifère dérivée de la Derketo du Shem ou de la Stygie, bien qu'il y aie des variations culturelles. C'est une déesse du cycle naturel de la vie et de la mort, associée souvent à la terre. Les cérémonies rituelles des tribus obscures du Zembabwei rejouent et reproduisent l'accouplement sacré entre Dagon et Derketa. Au Punt elle l'épouse de Jullah. Les sacrifices humains sont parties intégrante du culte. Il est fait usage de fruit empoisonnés appelés Pommes de Derketa. Leur jus peut infecter l'organisme par ingestion ou simple application cutanée.

Bien souvent elle est la parèdre. La femme, l'épouse, la sœur, la mère : le pendant féminin, tanttôt vengeur tantôt fertile, du masculin guerrier.

Obligations des adorateurs : Payer une dîme aux prêtres chaque mois, participer à une orgie au moins une fois par mois.
Avantages des adorateurs : Sortilèges (contre sorts, de la divinations ou de la magie de la nature seulement) Orgies
Obligations des prêtres ordonnés : Les adorateurs eux aussi peuvent accéder à des sortilèges et à une éducation de l'étiquette et de la maîtrise des techniques de plaisir uniquement pour les femmes.
Avantages des prêtres ordonnés : Les prêtres ont accès à l'apprentissage de la sorcellerie (à l'exception des magies Orientales et de l'hypnose), au Kush ou au Zembawei la discipline de prédilection est l'Invocation.
Châtiment pour les apostats : Assassinat

En Stygie le culte de Derketo est un culte à mystère et rite initiatiques. Chaque rang d'initié imbibe l'âme de corruption :

Le premier mystère de Derketo apprend à l'initié à projeter une aura d'aisance sexuelle forçant autrui à se sentir plus détendu et plus réceptif, surtout en matière d'acte ou de propositions sexuelles. Les initiée apprennent l'art de la diplomatie, de la séduction et des propos voilés, ainsi que l'usage de la sexualité pour arriver à leur fins. Elles apprennent aussi comment transformer l’énergie sexuelle en force de personnalité !

Le second mystère de Derketo apprends aux adeptes à  comprendre la nature du sexe et de la sexualité et à en user en toute situation sociale. Également, l'énergie sexuelle maîtrisée leur apporte l’illumination de l'esprit et une nouvelle compréhension de sa puissance.

Le troisième mystère enseigne le pouvoir du toucher sur le corps. Par un simple contact, une pression au bon endroit, les prêtresses peuvent provoquer un plaisir intense, un délice de sensation, détendre des muscles endoloris de fatigue, faire paraître la nourriture meilleures, les vêtement plus doux ou provoquer une juste douleur qui se change en orgasme des plus intenses d'une simple pression, ou stimuler une sensation jusqu'à l'incapacité... A ce stade elles acquièrent la maîtrise de leur corps au point d'être capable de se renforcer physiquement grâce à l'énergie sexuelle !

Le quatrième mystère apprend à l'initié à séduire une personne qui ne serait pas naturellement attiré par elle ( cause de culture ou d’orientation sexuelle). Par la sexualité elle apprennent à accroître leur intelligence, leur perspicacité et leur perception. L'initié devient plus affûtée.

Le cinquième mystère est un rang initiatique de sorcier qui révèle la véritable nature, magique, de la séduction et de la danse. Cela leur permet d'entre au cœur d'une personne et d'habiter jusqu'à ses pensées ! La compréhension plus profonde le sexualité leur confère vigueur, santé et résistance.

Le sixième et dernier grade leur enseigne les rituels sexuels puissant qui permettent d’accroître toutes leurs faculté après seulement 20 minutes d'un rapport sexuel orgasmique ! Mais si le rituel échoue alors l'orgasme est si puissant qu'il laisse la sorcière alanguie et étourdie de plaisir durant 24 h, son corps assommé d’endorphine !

La piste Lovecraft :

Shub-Nuggurath :
[center]"« Ïa ! Ïa ! Shub-Niggurath ! La Chèvre Noire aux mille chevreaux » [right]H.P.Lovecraft, The Wisperer in Darkness[/right] [/center] a écrit:
C'est la déesse perverse de la fertilité et on fait référence à son nom dans beaucoup de sortilèges anciens. Elle est décrite comme une masse nuageuse bouillonnante d'une vie grouillante et chaotique ! Cette masse bout et suppure sans cesse, et sa forme changeante se meut en appendices qui fusionnent formant des parties de corps infâmes. Des tentacules noires, des bouches avides et gluantes, des jambes noires et ondulantes le long desquelles coulent des mucus ruisselants. Elle se tient sur des pattes multiples terminées par des sabots d'ongulés. Lorsqu'elle apparaît elle peut engendrer des rejetons sombres et noirs par dizaines.
On dit que son lait a des propriétés extraordinaires : gigantisme, multiplicité de membre (ou d'organe génitaux...), malformation de naissance, télépathie ou autre pouvoir psychiques... Ce « lait » serait aussi une composante utilisée en invocation afin de libérer ou de réveiller des Grands Anciens qui seraient enfermés ! Il est évident que la substance est hautement infâme et corruptrice !

Son culte est célébré dans les culture païenne en tant que déesse de la terre, de la sexualité et/ou du cycle naturel de vie et de mort. C'est une déesse farouche qui, lorsqu'elle est invoquée s'attaque à tous les individus présents sauf s'ils appartiennent à son culte. Elle accepte des sacrifices orgiaques et/ou de sang et répond favorablement aux invocations. On dit qu'elle s'implique directement auprès de ses adeptes qui portent souvent des marques de malformations ou de mutations et ses adorateurs disposent souvent de sortilèges liés à l'altération du climat et de la fertilité

Celui Qui Marche derrière les Rangs est un avatar de Shub-Niggurath connu pour prendre les traits d'une plante, avec d'énorme yeux rouges l'odeur des enveloppe d'épis de maïs. C'est très clairement un dieu de la fertilité !

Avec elle elle promène une pléthore de serviteurs :
Sombres Rejetons :
[center]Une chose noire sur la route, quelque chose qui n'était pas un arbres. Quelque chose de grans, noir et noueux, installé là, à attendre alors que ses bras s'agitaient et se tendaient... Il est venu au sommet de la colline... et c'était la chose noire de mes rêves, cette chose noires, noueuse, gélatineuse, ayant la forme d'un arbre sorti de la forêt. Il est venu, dressé sur ses sabots, révélant ses bouches et ses bras sans fin. » [right]Robert Bloch, Notebook Found in a Deserted House.[/right] "[/center] a écrit:

Ce sont les serviteurs supérieurs de la Chèvre Noire. Ils sont discrets, silencieux, intelligents et connaissent des sorts ! Ce sont d'énormes masses grouillantes, formées de tentacules noir semblables à des vers et de bouches énormes et purulentes aux dents acérées. Leur « corps » semblable à un tronc est perché sur d'épaisses et puissante pattes terminées par des sabot d'ongulés. De loin on peut les confondre avec des arbres massifs et distordus aux troncs épais. Ils ont une odeur putride de viande avariée et d'humus et mesures entre 4 et 7 mètres de haut ! On les trouvent dans les régions où Shub-Niggurath est vénérée et sont ceux que l'on appelle « les Chevreaux ». Ils sont les intermédiaires de la déesses et acceptent en son noms les sacrifices humains. Il est heureusement très rares d'en rencontrer et ils ne s'invoquent que dans des bois sauvages et profonds !

Favoris de Shub-Niggurath : Gof'nn hugadgh Shub-Niggurath.
Ce créature sont une race de serviteurs inférieures et sont les prêtres de Shub-Niggurath créées par La Chèvre Noire après avoir été donnés comme victimes sacrificielles. La déesse avala ses sacrifices tout ronds et les fait « renaître » de son corps infâmes en les accouchant après qu'ils aient subit d'importante mutation. Ces individus ne sont plus revus alors que dans les cavernes humides et les bois obscures. Ces Favoris ou Bénis de Shub-Niggurath ressemble un peu à des satyres à cause de leur traits caprins, leurs sabots et leurs petites pattes ou cornes, ainsi que d’autres attributs monstrueux. Ces être difformes sont souvent associé à des fées ou à des esprits des bois que l'on dit « hantés ».

Gnomes :
Ces petite créature sont très laides et sont faites en statue sculptées dans la pierre ou le bois. Elles dorment la journée pour s'animer à la nuit et accomplir un tas d'actes vils et obscènes. Elles sont liées au cycle lunaire et aux saisons et sont attaché aux forces naturelles et aux forêts. Elle sont munies de dents redoutables et de griffes tranchantes.

La Reine Rouge (Masque de Nyarlathotep) :
«  L’œuvre du compositeur [Franz Liszt] a été inspirée d'une fresque dépeignant la mort comme une femme inquiétante aux cheveux flottants dans le vent, aux mains griffues. Elle a des ailes de chauve-souris et ses vêtements sont raides de boue. Elle porte une faux, ravie de mettre un terme à la joie et au ravissement dans ce monde. » The penguin encyclopedia of horror ans supernatural a écrit:

La Reine Rouge apparaît généralement comme une femme très belle et puissante. Elle est toujours vêtue de soie d'un rouge royal et porte de nombreux bijoux et pierres précieuses. Parfois elle peut être représentée sous l'apparence morbide d'une femme horrible munie d'aile de chauve souris. Sous cette apparence sa robe est crasseuse et elle porte une faux couverte de sang. On dit qu'elle a un pouvoir incroyable sur les gens. Elle est passée maîtresse dans les arts de la séduction et de la suggestion. C'est une manipulatrice avide de complot qui se hisse dans les sphère de pouvoirs en adoptant une forme humaine. Elle fait figure d'autorité grâce à sa beauté et à son charme et traîne une aura hypnotique qui érode le libre arbitre de tout individu autour d'elle. Ces derniers, subjugué suivent fidèlement ses ordres. C'est un agent du chaos et de la destruction.
Sous sa forme monstrueuse elle apporte la souffrance et la destruction à grande échelle !
Admin
avatar
Messages : 211
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 32
Localisation : Lot-et-Garone
Voir le profil de l'utilisateur https://agentjericho.deviantart.com/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocryphe de Skelos :: Rp :: L'age Hyborien (lore)-